Vous êtes ici :

Givors, « deuxième confluence »

Étude

Quiconque traverse la métropole lyonnaise est frappé par la manière dont le Rhône, la Saône, et la vallée du Gier marquent ce territoire : du paysage, à l’urbanisation et en passant par l’expansion économique, l’essentiel de ce qui fonde l’identité de la métropole s’inscrit dans ce rapport à l’eau et aux vallées. Le fleuve incarne ainsi, mieux que tout autre emblème, l’urbanité de la métropole lyonnaise dans toutes ses dimensions, forme urbaine, fonctions sociales, culturelles, économiques, et rapport à la nature, ainsi que notre engagement en faveur du développement durable. Depuis la fin des années 80, les retrouvailles avec les fleuves sont en marche. Dans leur sillage, elles nous invitent à relire la carte métropolitaine. A l’intérieur du Grand Lyon, plusieurs territoires fluviaux existent, bien différents, qui appellent une vision à long terme et des projets mobilisateurs, pour que l’agglomération lyonnaise développe ses charmes et devienne une métropole fluviale rayonnante.
Date : 20/10/2006

L’adhésion en janvier 2007 de la ville de Givors à la Communauté Urbaine de Lyon est l’occasion de mettre en lumière l’un des principes phares de ce rattachement, celui de la « deuxième confluence », au moment où ce pôle urbain vit une époque charnière, laquelle va générer une mutation de son organisation urbaine, logistique et institutionnelle. Cette mutation s’inscrit physiquement à l’embouchure du Rhône et du Gier, site historique du développement de la ville et aujourd’hui de son devenir dans la nouvelle configuration territoriale. Mais aussi, la mutation se manifeste dans la requalification des espaces et des fonctions du territoire givordin.  

Sommaire :

- Une histoire liée à celle des infrastructures de transport et de production
- Une démarche métropolitaine, la « seconde confluence »
- Givors, « deuxième confluence » : quelques photos

Sous les auspices de la reconversion urbaine et industrielle, la voie d’eau apparaît comme l’un des piliers du renouveau économique et de la restructuration de l’espace.
La «seconde confluence» en tant que pôle fluvial, économique et patrimonial, est à la fois lieu et principe contribuant au devenir métropolitain de Givors.