Vous êtes ici :

La confluence de l’Ain, un espace ménagé

Étude

Quiconque traverse la métropole lyonnaise est frappé par la manière dont le Rhône, la Saône, et la vallée du Gier marquent ce territoire : du paysage, à l’urbanisation et en passant par l’expansion économique, l’essentiel de ce qui fonde l’identité de la métropole s’inscrit dans ce rapport à l’eau et aux vallées. Le fleuve incarne ainsi, mieux que tout autre emblème, l’urbanité de la métropole lyonnaise dans toutes ses dimensions, forme urbaine, fonctions sociales, culturelles, économiques, et rapport à la nature, ainsi que notre engagement en faveur du développement durable.
Depuis la fin des années 80, les retrouvailles avec les fleuves sont en marche. Dans leur sillage, elles nous invitent à relire la carte métropolitaine. A l’intérieur du Grand Lyon, plusieurs territoires fluviaux existent, bien différents, qui appellent une vision à long terme et des projets mobilisateurs, pour que l’agglomération lyonnaise développe ses charmes et devienne une métropole fluviale rayonnante

À quelques dizaines de kilomètres, à l’amont de l’agglomération lyonnaise, la confluence Ain-Rhône présente un environnement aux antipodes du paysage produit par la vallée de la chimie. La valeur patrimoniale de ce site d’apparence naturelle et sauvage est aujourd’hui reconnue et contraste avec les fonctions métropolitaines voisines. Or cet espace qui comprend la basse vallée de l’Ain, le confluent Ain-Rhône et le fleuve Rhône de Sault-Brenaz à Jons  se situe au cœur de la plaine de l’Ain, davantage connue pour être un parc industriel, une zone d’agriculture intensive, d’infrastructures routières, et d’urbanisation florissante.
Cependant, au début des années 90, on assiste à une prise de conscience environnementale de la qualité de ce site, à l’origine du phénomène aujourd’hui manifeste de redécouverte du domaine fluvial.Espace fragilisé par les fonctions métropolitaines avoisinantes et les pollutions au PCB, mais espace aujourd’hui protégé, la confluence Rhône/Ain représente aujourd’hui l’emblème d’une métropole qui ménage la nature.