Vous êtes ici :

Un ticket pour le Rhône

Étude

Date : 01/09/2007

Quiconque traverse la métropole lyonnaise est frappé par la manière dont le Rhône, la Saône, et la vallée du Gier marquent ce territoire : du paysage, à l’urbanisation et en passant par l’expansion économique, l’essentiel de ce qui fonde l’identité de la métropole s’inscrit dans ce rapport à l’eau et aux vallées. Le fleuve incarne ainsi, mieux que tout autre emblème, l’urbanité de la métropole lyonnaise dans toutes ses dimensions, forme urbaine, fonctions sociales, culturelles, économiques, et rapport à la nature, ainsi que notre engagement en faveur du développement durable. Depuis la fin des années 80, les retrouvailles avec les fleuves sont en marche. Dans leur sillage, elles nous invitent à relire la carte métropolitaine. A l’intérieur du Grand Lyon, plusieurs territoires fluviaux existent, bien différents, qui appellent une vision à long terme et des projets mobilisateurs, pour que l’agglomération lyonnaise développe ses charmes et devienne une métropole fluviale rayonnante.
L’agglomération lyonnaise réactive son identité fluviale à partir de la réappropriation de ses berges : nouveaux quartiers (Confluence et Cité Internationale), création de parcs urbains (la Feyssine, Gerland, les berges du Rhône en rive gauche). A la faveur de ces derniers aménagements, le fleuve accueille, désormais, sur ses berges, des équipements dont les fonctions urbaines et sociales sont avérées - péniches-restaurant, boîtes de nuit, futur centre de loisirs, hôtels, casinos, cinémas, immeubles de standing,  Cité des congrès, musées, administrations, parcs d’agrément.
Or, pour que le fleuve – espace public - fasse la ville, il lui manque encore un geste ultime, pour qu’il puisse jouer son rôle de « trait d’union entre les hommes et les territoires  », comme l’énoncent communément les rhodaniens. Ce geste passe nécessairement par une réappropriation physique de l’eau. Alors, pourquoi ne pas imaginer développer une liaison fluviale au cœur de la ville, qui offrirait ce trait d’union entre la Cité internationale et le Confluent, emblèmes d’une ville qui retrouve ses fleuves ?.