Vous êtes ici :

Prospective du travail 5/7 : Santé et conditions de travail

< Retour au sommaire du dossier

Illustration d'une bouée

Étude

Une montée en puissance de nouvelles pathologies professionnelles (burn-out, brown-out) qui questionne en profondeur le sens et l'organisation du travail. Et pose un défi à la prévention des risques professionnels.

Quels sont les nouveaux risques de santé au travail ?
Découvrez nos éléments de réponse à travers des points « à retenir » ci-après, et téléchargez sur cette page 6 fiches tendances
• Le burn-out : nouvelle maladie du siècle ?
• Inégalités professionnelles de santé : une tendance persistante
• Pression temporelle : une montée des pathologies liées au stress professionnel dans les organisations
• Fragilisation des collectifs : parler des règles de métier, une perte de temps ?
• QVT et BET : vision « totale » ou « totalitaire » de la santé au travail ?
• Un affaiblissement des instances veillant sur la santé au travail : quelle prévention des risques professionnels demain ?

Ce chapitre est le 5ème de l'étude « Mon travail et moi ». Découvrez les autres chapitres sur Millénaire 3 !

Tag(s) :

Date : 30/11/2021

À retenir

 

→ Extension des problématiques de santé aux populations cadres

En matière de risques professionnels la tendance qui a certainement le plus frappé les esprits depuis une trentaine d’années est l'extension des problématiques de santé aux populations cadres, qui en semblaient jusque-là épargnées. Le développement de nouveaux troubles, comme le burn-out, a montré l'importance d’envisager la santé au travail sous ses deux aspects : physique et psychique (fiche 1). Pour autant, cette diversification des pathologies professionnelles et son extension à des populations jusque- là relativement épargnées n’a pas effacé les inégalités sociales de santé au travail : l’activité professionnelle continue de peser bien davantage sur la santé des ouvriers et des travailleurs précaires que sur celle des cadres (fiche 2).

 

→ L'urgence temporelle devient la norme

Cette évolution des pathologies professionnelles est directement liée aux transformations productives et à l’évolution des modes de gestion engagées à partir des années 80. Avec l’intensification du travail (chasse aux temps morts, flux tendus…) l’urgence temporelle devient la norme pour les salariés et les organisations, favorisant le développement du stress professionnel et des pathologies associées : troubles musculo-squelettiques, risques psycho-sociaux (fiche 3). Dans le même temps, les restructurations permanentes, la précarisation de l’emploi, l’évaluation individuelle des performances ont fragilisé les collectifs de travail, privant les individus au travail de ressources psychosociales nécessaires pour faire face aux exigences accrues de l’activité (fiche 4).

 

→ L'épanouissement des personnes devient une dimension majeure de la prévention

Troisième grande tendance : avec la montée d'une vision extensive de la santé, l’épanouissement des personnes devient une dimension majeure de la prévention, avec pour risque de faire passer au second plan les exigences de l’activité collective. La qualité de vie au travail et le bien-être au travail (fiche 6) apparaissent ainsi comme des réponses paradoxales puisqu'elles reviennent parfois à poser des injonctions d'épanouissement fortes aux individus. Quant aux acteurs traditionnels de la prévention de la santé en entreprise (médecine du travail / de prévention, CHSCT / CT), ils font face à un champ de demandes en extension tout en étant aujourd’hui en perte d’influence. Des réformes du système de santé au travail se succèdent à un rythme accéléré depuis le début des années 2000, sans donner satisfaction (fiche 5).

 

Ces tendances interrogent l'évolution des organisations publiques

 

➞ Le secteur public peut-il porter un modèle alternatif de politique de santé au travail ?

Certes les contraintes gestionnaires (mise en concurrence des salariés, course à la rentabilité…) sont loin d’être absentes, mais l'institution publique dispose sans doute d'une marge de manœuvre supérieure au secteur privé du fait d'une situation davantage protégée de la concurrence avec les autres acteurs économiques. Peut-être y a-t-il là une chance pour porter des approches alternatives de la santé au travail, redonnant à chacun les marges d’action pour ne pas être ou se vivre comme victime de l’organisation mais comme acteur et responsable d’une construction collective ?

 

➞ Comment arbitrer les conflits entre attentes et expressions individuelles et contraintes collectives ou, à tout le moins, comment mieux les faire converger ?

Les organisations publiques n'échappent pas à la montée des risques psychosociaux. Ceux-ci mettent sans doute davantage en tension qu'auparavant les contraintes collectives des organi- sations (pression temporelle accrue, demande d'efficience, etc.) et les aspirations des individus, de plus en plus entendues comme légitimes. Aujourd'hui, pour répondre aux risques psycho- sociaux les organisations tendent à accorder plus d'attention aux difficultés des individus. La capacité des organisations à faire valoir la légitimité des contraintes collectives peut-elle s’en trouver affaiblie ?

 

➞ Quelle politique de santé au travail dans les grandes collectivités qui abritent une diversité de métiers ?

En effet, les risques en matière de santé au travail sont très différents dans les métiers du social, les métiers techniques ou administratifs. Cette diversité est un facteur de complexité pour la collectivité qui doit alors adapter l'évaluation et la prévention des risques.

 

➞ Comment protéger les professionnels des injustices de santé ?

Les inégalités de santé au travail sont une constante que les organisations peinent à limiter, sans doute parce qu'elles résultent d’une grande diversité de facteurs, y compris en dehors de la sphère professionnelle. Pour la Métropole, la question se pose d'abord de savoir comment protéger ses agents de ces injustices de santé. Mais elle se pose également d'évaluer ses possibilités d'action pour protéger les employés d'entreprises privées assurant pour son compte des missions de services publics (DSP). Il serait de fait assez injuste d'externaliser les missions les plus difficiles, protégeant ainsi les agents au risque d'exposer d'autres professionnels.