Vous êtes ici :

Sécurité : un des aspects du Vivre ensemble : quelle sécurité pour les habitants du Grand Lyon ?

Étude

Date : 20/07/2007

La capacité à vivre ensemble se construit dans différents domaines de la vie de l’agglomération. Un premier volet de cette question concerne la sécurité.
Deux aspects de la sécurité dans le Grand Lyon : la délinquance et la sécurité routière
La recherche de sécurité est une préoccupation de tous les habitants du Grand Lyon. Pour aborder cette question complexe dans le Grand Lyon, deux focus sont proposés :
L’évolution de la délinquance mesurée par les services de police et de gendarmerie : il s’agit d’abord de suivre la délinquance commise sur la voie publique et les atteintes aux biens car ce sont les délits auxquels les habitants sont le plus souvent confrontés. On laisse de côté les infractions financières et les escroqueries, pour observer aussi l’évolution des atteintes aux personnes, une autre préoccupation sensible car elle touche l’intégrité des personnes. Enfin, les infractions liées aux stupéfiants correspondent souvent à une occupation particulière de l’espace commun (attroupements, aller-venues) et participent du sentiment d’insécurité : pour cela, il semble
important de suivre le nombre de faits enregistrés par les services de police et de gendarmerie.
L’évolution de la sécurité routière dans le Grand Lyon : l’objectif est de savoir comment évoluent le nombre d’accidents corporels, le nombre de victimes, et les différents modes de déplacement impliqués.

Le document donne les résultats cartographiques par commune à partir des indicateurs ci-dessus.

Ce qu’il faut retenir

Une agglomération plutôt sûre
• Une agglomération qui au regard de sa taille connaît globalement moins de phénomènes de délinquance que d’autres agglomérations.
• Une diminution du taux de délinquance de voie publique depuis 1998.
• Une diminution constante des accidents corporels de circulation et du nombre de blessés depuis 2001.
• Les accidents impliquant des véhicules légers sont les plus nombreux mais en diminution.
Les points faibles
• Une augmentation des atteintes aux personnes et des infractions liées aux stupéfi ants. Ces délits représentent toutefois une faible part de l’ensemble des faits de délinquance (respectivement 5 délits et 4 délits pour 1 000 habitants).
• 30 % des accidents de la route impliquent des deux roues motorisés alors que leur poids est moindre dans le trafic.