Vous êtes ici :

Histoire croisée des textiles et de la chimie en région lyonnaise

< Retour au sommaire du dossier

Photographie d'un métier à tisser la soie
© Bibliothèque Municipale de Lyon

Étude

Le génie technique en matière de textile s’est développé très tôt à Lyon. Dès la Renaissance, la ville acquiert une place centrale en Europe. Son essor s’opère tant au niveau commercial que technique avec la mise en place progressive de nouveaux métiers à tisser, de nouvelles façons de tisser, d’imprimer ou de colorer. Aussi avec le développement de l’industrie textile, d’autres vont émerger dont celle de la chimie des colorants. C’est en effet, par ce biais que la chimie prend racine en région lyonnaise. En parallèle, la chimie lourde, celle de l’acide sulfurique, celle des usines installées sur ce qui deviendra « le couloir de la chimie » se développent et donnent peu à peu à Lyon une spécificité. Jusqu’à la fin du XIXe siècle, textile et chimie évoluent de concert, se nourrissant conjointement de leurs innovations respectives.

Le XXIe siècle demande à ces deux secteurs de répondre à de nouveaux défis : satisfaire les critères du développement durable, diversifier les produits pour répondre aux contraintes du marché international fortement concurrentiel.

Tag(s) :

Date : 10/10/2007

Sommaire : 

 

■  Avant-propos
■  Introduction
■  Grille de lecture

■  Préhistoire et Antiquité :
▪ Appropriation de la matière

■  IVe siècle avant JC/Renaissance
▪ Chimie : Convergence des savoir-faire magiques et des connaissances ésotériques
▪ Textile : Lyon en devient la capitale

■  XVIIIe et XIXe siècles.
▪ La chimie devient une science
▪ Les soieries lyonnaises s’imposent
▪ Les techniques de tissage et d’imprimerie se perfectionnent

■ XXe siècle :
▪ Industrialisation et mécanisation
▪ Chimie, textile et mécanique s’entremêlent pour plus d’innovations.

■ XXIe siècle.
▪ 
Chimie : vers une chimie propre ?
▪ Textile : les tissus intelligents 

■  Bibliographie indicative
■  Annexe