Vous êtes ici :

Les médecines non-conventionnelles

Étude

Tag(s) :

Date : 25/11/2006
88% des Français accordent de l’importance à leur santé et 47%, beaucoup d’importance  ! Vieillissement de la population aidant, la santé est une préoccupation en hausse. La juxtaposition des prouesses technologiques et la persistance des maladies la rendent encore plus prégnante : augmentation des cancers, développement des maladies infectieuses, mise en évidence d’une interaction santé/environnement… A cela s’ajoute la question du mal-être français : selon le Baromètre Santé 2005, 7,8% de l’échantillon interrogé a souffert d’un épisode dépressif caractérisé au cours des 12 derniers mois. Une confirmation de l’importance des troubles mentaux, mais aussi une mise en relief de l’insuffisance et de l’inadaptation de leur prise en charge : 38,3% des personnes dépressives déclarent avoir consulté pour cette raison, mais seulement 64,4% de ces personnes ont bénéficié d’un traitement adapté à la dépression, au regard des connaissances disponibles en matière de bonnes pratiques cliniques.Tout ceci contribue à un déplacement de l’approche globale de la santé : l’accès ne se limite plus à la seule médecine conventionnelle. Des millions de personnes consultent des dizaines de milliers de thérapeutes oeuvrant en marge de la médecine officielle. Selon une enquête récente, 10% des personnes interrogées considèrent l’essor des médecines douces comme l’une des découvertes les plus marquantes des 25 dernières années  ! Le décalage entre le système de santé publique et la pratique d’un très grand nombre de concitoyens se creuse. Qu’on soit partisan ou non des médecines alternatives, la réalité est là : le public y a (grand) recours. Quelles en sont les raisons ? Quelles conséquences cela entraîne-t-il en termes de santé publique ? Clefs de lecture du phénomène.

Sommaire

1. Définition des médecines non-conventionnelles
2. Qui a recours aux médecines non-conventionnelles ?
3. Les raisons de l’attrait des médecines non-conventionnelles 
4. Les médecines non-conventionnelles et l’Europe
5. Prépondérance du monopole médical en France
6. Reconnaissance politique et juridique des médecines non-conventionnelles 
7. Positionnement scientifique sur les médecines non-conventionnelles 
8. Poids économique des médecines non-conventionnelles
9. Conséquences de l’absence d’encadrement
10. Vers un pluralisme thérapeutique raisonné ?
Les médecines non-conventionnelles : pour aller plus loin
Annexe I : Petit Abécédaire des principales médecines alternatives
Annexe II : Homéopathie : quelle intégration dans le système de santé ?
Annexe III- David Servan-Schreiber