Vous êtes ici :

Sentiments d'injustice

Groupe de manifestants

Dossier

La dénonciation des injustices occupe le devant de la scène. La crise des gilets jaunes en est le symptôme le plus récent. Ce regain du sentiment d’injustice s’accompagne de la montée d’une défiance vis-à-vis des institutions et de l’autorité. La dénonciation tous azimut des injustices et du « système » place l’action publique dans une situation paradoxale : une légitimité à agir largement entamée, et en même temps des injonctions à agir toujours plus élevées.

La Direction de la Prospective et du Dialogue Public (DPDP) a engagé un travail de fond sur la question de la légitimité, qui apparaît comme une question centrale des prochaines années. En effet, si la légitimité de la collectivité est entamée, propulser des grandes transitions (environnementale, par exemple) semble complexe.

La légitimité se conquiert par l’efficacité et l’efficience des politiques publiques mises en œuvre, par la qualité de la pratique démocratique, et par une action publique juste, ou du moins perçue comme telle. Le travail de la DPDP se focalise sur ce troisième pilier : justice sociale et sentiments d’injustice.
Traditionnellement la défiance se focalise sur l’État bien plus que sur les collectivités locales : plus proches de la population, ces dernières ont pu sembler relativement protégées jusqu’à aujourd’hui. Cependant, cette confiance envers les services publics de proximité n’est pas inaltérable, et les prochaines élections locales (à la Métropole de Lyon et en France) pourront changer les relations entre citoyens et pouvoir légitime.

Ce dossier se compose de plusieurs ressources, certaines antérieures à ce travail lancé par la DPDP, qui alimentent la compréhension du phénomène.
Lire la suite
Date : 17/02/2020