Vous êtes ici :

Ville et femmes

Article

Conférence du philosophe - urbaniste Thierry Paquot, le 8 mars 2007.
Date : 08/03/2007

La vie sociale contemporaine est aujourd’hui principalement liée aux possibilités et aux expériences offertes par la ville. Penser les modalités à travers lesquelles la vie urbaine oriente le devenir de la cité et des citoyens, c'est en réalité penser les conditions permettant d'expérimenter l'avenir de tous.

À travers ce cycle de conférences-débats, le Conseil de développement du Grand Lyon, l’ENS LSH et Économie & Humanisme vous invitent à réfléchir sur la condition urbaine contemporaine, entre héritage et avenir.

Ce parcours s’ordonne en trois étapes :
 - hériter de la ville, qui est toujours déjà là, avant les habitants qui se l’approprient ;
- ordonner la ville, qui ne cesse d’être façonnée par ceux qui la font ;
-  se représenter la ville, dont les images et les symboles se croisent sans limites.

La conférence de Thierry Paquot
Une histoire des villes et de la maison serait à faire en différenciant un point de vue masculin et féminin. Elle n’existe pas. Et pourtant tous les groupes humains semblent connaître une répartition territoriale selon les sexes. La maison serait le domaine de la femme et de la famille, alors que l’extérieur serait celui de l’homme. En Grèce, Hestia est la fée du logis, la déesse du foyer, signe de la procréation et de la fécondité, alors que Hermès est le dieu des routes et le « messager des Dieux ». Des emplacements précis sont réservés à un sexe en particulier, dans la ville comme dans la maison, parfois. Les citoyens athéniens qui se rassemblent à l’agora sont des hommes libres et non des esclaves ou des femmes. La société est sexuellement ségréguée...