Vous êtes ici :

Place de l'art public : artistes, commanditaires et statut des œuvres

Couverture de l'étude "Place de l'art public : artistes, commanditaires et statut des œuvres"
© Céline Ollivier

Étude

L’art public a longtemps été un art inféodé aux pouvoirs, et avait pour fonction de les représenter et de traduire leur autorité. Ces œuvres étaient à la vérité un des rares média grand public dont disposaient les instances religieuses ou temporelles jusqu’au XIXe. Avec la montée des techniques médiatiques modernes les artistes ont l’opportunité de s’autonomiser de leurs relations avec le pouvoir et développent une pratique nouvelle, incarnée dans le mouvement de l’Art moderne.

Mais pour l’art public, les liens entre les autorités et les artistes demeurent prégnants, ne serait-ce que parce qu’il leur faut s’entendre pour parvenir à travailler dans l’espace public. Peu à peu, en France en particulier, de nombreux dispositifs vont permettre la réalisation d’œuvres d’art dans l’espace ou les bâtiments publics.

Aujourd’hui, on assiste à une simultanéité de propositions pour l’art public, avec des expériences où les artistes sont co-concepteurs de l’espace public, d’autres où ils sont parties prenantes pour la réalisation d’un équipement, d’autres enfin faisant des interventions temporaires dans le cadre de grands événements. Par ailleurs, un art public réellement autonome des institutions émerge.

Tag(s) :

Date : 19/11/2010

Sommaire : 

 

Partie 1 – L’art public, média chéri des dirigeants

  • Les fonctions des objets placés dans l’espace public
  • La statuomanie du XIXe

 

Partie 2 – La libéralisation des arts publics

  • Quand les artistes conquièrent leur autonomie
  • Quand la puissance publique s’essaie à aider la modernité
  • Naissance d’une catégorie d’intervention publique

 

Partie 3 – Renouveaux et reconfigurations : quelques perspectives

  • L’artiste associé à la conception de l’espace public
  • Un art intégré à l’aménagement urbain
  • Réalisations non-pérennes et événementielles
  • L’art public en kit

 

Conclusion – L’espace public, lieu de la contrainte retrouvée