Vous êtes ici :

Les enjeux du secteur industriel de l’agglomération

Interview de Jean-Louis MEYNET et François Payebien

<< Notre rôle est de tirer des projets de développement sur des thématiques de progrès >>.

Cet entretien a été réalisé par Bruno Bigourdan et Xavier Lachapelle, cabinet SILOE dans le cadre de l’élaboration d’une note de synthèse, relative aux enjeux  du secteur industriel de l’agglomération, de l’évolution de la sous-traitance  et des processus actuels de regroupements d’entreprises sous forme de pôles d’excellence. Quel est le rôle de la DAEI dans le développement économique local  ?
Nous nous complétons très bien avec la CCI, mais nous avons besoins d’un niveau  Régional pour anticiper et appuyer les courants de fond. Avec la Région, il  y a un niveau de confiance réciproque très développé qui se traduit par le contrat  d’agglomération dans son volet économique. En ce qui nous concerne, nous nous  positionnons à deux niveaux : d’une part très en amont, par exemple nous devons  être moteur sur des domaines comme l’environnement ou le développement durable,  d’autre part, et en même temps, accompagner les entreprises dans leurs mutations.  En effet, une force industrielle dépend beaucoup de sa capacité à se renouveler  ou se recomposer. Comment lire et accompagner l’avenir de la chimie ou de la  mécanique… ? Nous avons besoin d’une vision multiacteurs.

Quelle est votre vision sur l’évolution de la sous-traitance ?

L’avenir de la métropole est plus tertiaire mais avec une forte capacité industrielle.  Des grands noms avec un potentiel important sont décisifs pour l’évolution.  Nous allons vivre encore des départs dans la chimie malgré des investissements  importants. Notre rôle est de tirer des projets de développement sur des thématiques  de progrès tout en accompagnant la mise en réseau d’ensembles de compétences.  Notre objectif est de « créer un maillage intelligent » transectoriel.

Quelle est votre action pour impulser la création de ces réseaux et  les soutenir ?

Les regroupements ont été co-initiés avec la Région et la CCI. Nous avons mandaté  le cabinet Compétitive Ness de Barcelone pour mener des études de rapprochements.  Sur le véhicule industriel, par exemple, nous sommes à l’origine du processus  notamment par l’achat de terrains pour 11 millions d’€uros, qui a aidé une entreprise  à dégager du cash pour réussir sa mutation et conduire son développement. Parfois,  nous intervenons en soutien pour le fonctionnement, c’est le cas pour Lyon Game,  le cluster du numérique. Nous sommes assez actifs dans l’affirmation du pôle  sur les biotechnologies. Finalement, l’important quelle que soit notre action,  est que la démarche soit « achetée » par les entreprises.

Quels sont les champs nouveaux à développer ?

Nous travaillons actuellement (au-delà de l’environnement et du développement  durable) sur les fonctions externalisées de l’entreprise. La logistique est  un outil de compétitivité, l’intégration de "supply chain"(*). L’idée est de  permettre un maillage et de rendre concret le concept d’entreprise étendue,  tout ceci sur fond de territoire étendu, intégrer et mettre en réseau l’ensemble  des compétences nécessaires à la performance. Le raisonnement, pour faire de  la politique économique de développement, c’est prendre en compte l’aire urbaine.  Ceci dépasse le raisonnement traditionnel de l’entreprise avec son ou ses marchés.

Existe-t-il des limites à votre action ?

Oui. Ces limites sont connexes à la volonté des acteurs. Dans l’acoustique,  par exemple, on peut se demander quelle est la volonté de Thomson pour permettre,  sur l’agglomération, la naissance d’un pôle bien identifié ?Comment procédez-vous pour initier les démarches au niveau local ?
A l’échelon local, nous commençons par développer les échanges d’informations.  L’important c’est de faire des compléments de gamme. Le registre est celui du projet  de développement de type « territoire partenaire », par exemple comme l’EPIDA  (L’Isle d’Abeau). Les termes de coopération sont plus différents, il faut trouver  les complémentarités. Et sur des thématiques de progrès ?
Ce n’est pas à nous d’être moteur, mais de relayer, par exemple sur la traçabilité  ou le développement durable, ce qui nous intéresse sur le Grand Lyon, c’est  d’avoir de la compétence par un centre technique. Vous êtes moteur pour la création du portail économique du Grand Lyon. 

Qu’en est-il ?

Notre projet est d’avoir un outil de marketing territorial performant, pas d’avoir un portail institutionnel, d’avoir un super site ! Sa spécificité doit être  d’offrir des services aux entreprises pour vendre la compétence lyonnaise et  finalement développer les affaires pour les entreprises. Nous en sommes au stade de la définition du bouquet de services. La démarche consiste, à partir des  besoins des entreprises du type « Je cherche quelque chose … » « Savoir tout  ce qui se passe sur l’agglomération … ». Une version zéro doit voir le jour  en juillet 2004, cette année sera décisive pour la suite.(*) Nda: La mise en place d’une logistique performante passe par la maîtrise  de la chaîne complète de l’anticipation de la demande jusqu’à la gestion de  fournisseurs partenaires (Supply Chain Management). C’est une approche globale  qui intègre les aspects stratégiques, organisationnels, humains et financiers de l’entreprise pour obtenir des gains tangibles sur la tenue des délais, la  réduction des stocks, des temps de cycles, des coûts et l’augmentation de la productivité.