Vous êtes ici :

Introduction de la robotique dans les services urbains : questionnements et état des lieux

Illustration représentant un feu de circulation associé à un radar automatique

Étude

Sans nécessairement reprendre l’enthousiasme de Bruno Bonell qui parle de « Robolution », il est raisonnable de penser que la robotique est effectivement un secteur d’activité promis à un bel avenir et une chance à saisir pour le territoire. L’introduction de la robotique dans les préoccupations du Grand Lyon impacte l’institution dans son fonctionnement, et la collectivité dans son rôle d’animatrice de dynamiques sur son territoire.

La métropole lyonnaise abrite des entreprises qui ont pleinement des compétences auxquelles fait appel la robotique : mécanique, conception de logiciels, design…, et dispose d’habitudes de travail en commun liées au particularisme du modèle lyonnais et à l’expérience des clusters et des pôles de compétitivité.
Date : 31/01/2011

Dès lors, la robotique peut-elle trouver avec et autour de la métropole lyonnaise, les conditions d’un bon développement ? Le Grand Lyon peut-il favoriser des partenariats et ainsi soutenir un secteur phare de l’économie de demain : la robotique ? Le salon international de robotique programmé à la cité internationale en mars 2011 représente-t-il une première étape dans un processus de mobilisation autour des enjeux de la robotique pour Rhône-Alpes ?

En introduisant également la robotique dans son propre fonctionnement, notamment dans les services urbains, le Grand Lyon alimenterait certainement son image d’institution moderne et innovante, et trouverait des éléments de réponses aux défis qui lui sont aujourd’hui posés.

Cette synthèse tente d’apporter un éclairage sur les avantages et les freins à l’introduction de la robotique dans les services urbains du Grand Lyon.

 

Sommaire :

 

Introduction   
 
I. Les services urbains : le cœur de métier du Grand Lyon
               
II. Robotique : état d’avancement et exemples de robotique appliquée aux services urbains

III. L’introduction de la robotique : une innovation dans la continuité ou une « robolution » ?  
                                 
Eléments de conclusion