Vous êtes ici :

Les fondements théoriques de la solidarité et leurs mécanismes contemporains

Étude

Date : 30/11/2011

Contexte de l'étude :

Le Grand Lyon a voté le 17 octobre 2011 une délibération réaffirmant l’enjeu du développement solidaire dans l’agglomération lyonnaise, et mettant en évidence le fait que la solidarité ne se réduit pas à la politique de la ville mais constitue le fondement même de l’édifice communautaire depuis 40 ans.
Dans le cadre de la réflexion « Grand Lyon Vision Solidaire », le Grand Lyon souhaite réinterroger ce fondement à un moment où son contexte d’action pourrait évoluer significativement : création du pôle métropolitain, démarche de rapprochement entre le Grand Lyon et les communes, perspective de raréfaction des ressources budgétaires, élection à venir du conseil de communauté au suffrage universel direct, etc.
Les nombreuses contributions à cette réflexion seront capitalisées au fur et à mesure sur millenaire3.com.

Existe-t-il des  soubassements communs à différentes formes d’entraides des sociétés occidentales — génériquement rassemblées sous l’appellation de « solidarité » — et si oui, comment caractériser chacune d’entre-elles. En définitive, l’histoire de la solidarité est l’histoire des efforts faits par une société pour articuler d’un côté l’indépendance et la liberté de l’individu avec, de l’autre côté, une vie sociale contrainte.

Pourquoi sommes-nous solidaire ? On peut distinguer des solidarités dites « naturelles » (familiale, par exemple) et des solidarités construites ; des solidarités contraintes et d’autres non-contraintes ; des solidarités bénéficiant à tous quand d’autres s’exerceront sur un socle moins large ; des solidarités désignant un simple constat l’interdépendance ou au contraire des solidarités prônées comme une valeur ;  enfin certains fonderont les solidarités sur la morale (religieuse ou républicaine) tandis que d’autres en feront un argument de la raison. Les éclairages philosophique, sociologique, anthropologique, historique nous permettent de mieux comprendre pourquoi nous visons à la solidarité.

Sommaire :

Note méthodologique    3
Solidarité : de quoi parle-t-on ?    5
A. Solidarités : quels fondements ?    10
1.    Les fondements religieux de la solidarité    10
L’unité des hommes en Dieu : les fondements religieux de l’entraide    10
La « sociabilité » : Les prémisses posées par les encyclopédistes    14
2.    Laïciser la solidarité    17
La « dette » sociale : La déclaration universelle des droits de l’homme et du citoyen de 1793    17
De l’Ancien régime à la République : des solidarités associatives à la solidarité nationale (Corporatisme, saint-simonisme, mutuellisme, solidarisme)    18
L’apport des sciences sociales : Durkheim    22
Le solidarisme    24
Les solidarités universalistes    27
3.    Les solidarités familiales    30
Une solidarité « naturelle » ?    30
Les limites des solidarités familiales    32
B. Quelles solidarités aujourd’hui ? Un réseau plutôt qu’un système unique    34
1.    La solidarité nationale    34
2.    Les solidarités familiales    40
3.    Une nébuleuse de solidarité    45
Les solidarités corporatistes ou associatives    45
Les solidarités universalistes    47
Conclusion : solidarités, quelles tendances ?    49