Vous êtes ici :

Waterscapes, les paysages de l'eau

Dieter-Grau_copyright-Nicolai-Rissmann

Texte

Article écrit pour la revue M3 n°5

L’Atelier Dreitseitl conçoit et réalise des trames vertes et bleues de nouvelle génération. Nature, ville et espaces de loisirs sont associés pour assurer les indispensables tâches de gestion stratégique des ressources et créer des villes belles, fonctionnelles, écologiques et sûres, taillées pour l’avenir. Détour par Singapour, Tianjin, Copenhague, Offenbach…

Inondations, urbanisation, demande croissante face à des ressources limitées… Aujourd’hui, plus que jamais, une démarche intégrée d’aménagement urbain s’impose afin de concilier les défis de la gestion des ressources, de la protection de l’environnement et de la qualité de vie. La mise en réseau des espaces publics urbains en tant qu’infrastructure écologique et interactive accroît la beauté, la fonctionnalité, la sécurité et le confort de nos villes. Ainsi, parcs, places, paysages de rue et rivières sont devenus des trames vertes et bleues. Les synergies socio-économiques de cette démarche pluridisciplinaire viennent récompenser chaque investissement. À Singapour, le projet qui relie la rivière Kallang et le parc Bishan-Ang Mo Kio représente une nouvelle vision de la trame verte et bleue urbaine, qui répond à un double besoin d’approvisionnement en eau et de protection contre les inondations, tout en ménageant dans la ville des espaces pour les citadins et la nature. Un canal de drainage en béton a été transformé en parc-rivière. Ce projet s’inscrit dans le dispositif « Active, Beautiful, Clean Waters (ABC Waters) », programme singapourien à long terme qui vise à transformer les plans d’eau du pays, au-delà de leurs fonctions de drainage et d’approvisionnement, en de nouveaux espaces vivants visant à développer lien social, culture et loisirs.

Faire la ville avec des parcs

La Chine éprouve un grand besoin de se protéger contre les inondations et d’améliorer la qualité de l’eau et du tissu urbain. Le parc culturel de Tianjin, le projet de rénovation urbaine le plus marquant des dix dernières années mené par cette ville, a été officiellement ouvert au public le 20 mai 2012. Ce nouvel aménagement assure la gestion des eaux pluviales afin d’améliorer le microclimat et de lutter contre les inondations, tout en façonnant un espace public, écrin de qualité pour le nouveau centre culturel de Tianjin. L’intégration de la trame verte et bleue dans l’espace urbain tombe à pic : en juillet 2012, Pékin a connu ses plus grosses inondations depuis soixante ans. Le parc culturel de Tianjin propose des solutions innovantes qui associent gestion de l’eau urbaine et aménagement plus dense.
L’Europe se voit confrontée à des défis d’une similarité surprenante. Le 2 juillet 2011, de vastes zones de Copenhague ont été inondées. Copenhague se situe
non seulement aux premières loges du changement climatique, subissant des épisodes pluvieux de plus en plus importants, mais aussi à la pointe de l’innovation urbaine : elle envisage de se transformer en ville durable et carboneutre à l’horizon 2025.
Conjointement avec Ramboll, l’atelier Dreitseitel a été invité à créer un « Cloudburst Concretization Masterplan » pour trois secteurs du centre-ville (Nørrebro, Lådegardsåen, Vesterbro), d’une superficie globale de quatorze kilomètres carrés. Il s’agit de gérer le risque d’inondation et la qualité de l’eau, tout en visant la plus grande synergie avec l’environnement urbain. Une nouvelle génération de trames vertes et bleues intègre des services essentiels — mobilité, loisirs, sécurité, biodiversité… — pour créer une démarche qui garantit à long terme résilience et vitalité économique.

Ville durable et carboneutre

En Allemagne, une presqu’île industrielle sur le Main est en passe d’être aménagée en nouveau quartier urbain durable. Dans un milieu difficile aux sols contaminés, un concept global de gestion des eaux pluviales a été conçu pour créer des espaces et des paysages de rue soft, tout en récupérant et en épurant les eaux pluviales avant de les rediriger vers la rivière et le port. D’innovants systèmes de traitement naturel des eaux, tels que les biotopes d’épuration, s’intègrent dans les espaces verts et de nouveaux milieux naturels accueillent la flore et la faune ripicoles, offrant ainsi un oasis vert qui fait respirer la ville. Le port d’Offenbach présente une vision pragmatique de l’adaptation climatique en milieu urbain, créant des quartiers attrayants grâce à l’ingénierie intégrée. Le projet s’est préqualifié en tant que quartier urbain durable pour la prestigieuse notation Or du DGNB, comparable au label Platine de LEED : une première en Europe.