Vous êtes ici :

Quelle société voulons-nous à l'ère numérique ?

© crédit : Arcaid Masterfile

Étude

Opportunités – Points de vigilance – Politiques publiques

La question des usages du numérique est à la fois familière pour tout un chacun et particulièrement complexe. Pour l’aborder, nous sommes en permanence confrontés à la nécessité d’analyser les phénomènes sur deux plans qui interagissent : l’action individuelle d’une part, et le fait de société – qui naît de la généralisation des actions individuelles – d’autre part.
Cet exercice d’analyse est nécessaire pour éviter justement de penser des applications numériques répondant à des besoins individuels mais risquant d’apparaître trop partielles, voire génératrices de nouveaux problèmes sociétaux. Réciproquement, il faut aussi se garder d’évoquer des solutions globales apparemment en phase avec les enjeux de société d’aujourd’hui, mais pouvant rapidement s’avérer inadaptées aux usages individuels.
Date : 01/10/2010

Face à la question des usages du numérique sur un territoire comme le Grand Lyon, ce rapport poursuit trois objectifs :

- Mettre en évidence les questions de société que pose l’utilisation massive du numérique dans nos modes de vie, afin de favoriser le débat politique communautaire : 
   Quelle société voulons-nous construire à l’heure du numérique ?

Montrer que le numérique peut être mis au service de stratégies urbaines différenciées, afin de favoriser la réflexion sur le management urbain au sein du Grand Lyon :
   Quelles politiques publiques et quelles modalités d’action voulons nous privilégier à l’heure du numérique ?

- Proposer, au-delà des multiples projets intégrant une dimension numérique qui sont d’ores et déjà conduits au sein des directions du Grand Lyon, quelques projets transversaux structurants, afin de mettre en relation la pensée sociétale et l’action managériale :
Quel management public voulons-nous mettre en œuvre pour permettre au Grand Lyon et à son territoire d’être bien en phase avec son temps… le temps du numérique ?

Une proposition  : la création d'une agence éditoriale de l'espace public.