Vous êtes ici :

Quelle laïcité après Charlie ?

© Céline Ollivier

Étude

Attentats de janvier contre Charlie Hebdo et l'Hyper Cacher de la porte de Vincennes

Cette étude a été réalisée par la Direction de la prospective et du dialogue public de la Métropole de Lyon à partir de la presse des mois de janvier, février et mars suite aux attentats de début janvier 2015
Date : 19/06/2015

Les attentats contre Charlie Hebdo et l’Hyper Cacher de la porte de Vincennes début janvier 2015 ont entraîné un choc considérable dans la société française.
À l’émotion a rapidement succédé le débat de fond. Élus, intellectuels et acteurs divers ont pu amplement s’exprimer, donnant corps à un véritable débat public sur les tensions à l’oeuvre dans la société française.Conçu à partir de propos exprimés dans la presse, ce document s’efforce de rendre compte de ce débat public français. Il permet d’établir une cartographie des problématiques et des controverses qui travaillent notre société et notre modèle politique.

Les débats rapportés ici restent cantonnés sur la couche des valeurs et des conceptions du vivre ensemble dans la société française. Ils n’appréhendent qu’à la marge les politiques publiques, mais l’enjeu de clarification des conceptions pour créer les conditions d’une action publique comprise par tous et facteur de cohésion apparaît presque à toutes les pages.

Trois idées directrices semblent se dégager de cette revue de presse nationale.

1) Depuis dix ou vingt ans, les facteurs qui génèrent de la tension dans la société française se sont diversifiés. Les discriminations, dans un contexte de chômage et de précarité renforcés, continuent de miner le contrat social français basé sur une promesse d’égalité. Le retour du religieux se confirme, dans une société par ailleurs très sécularisée. La relativité des valeurs entraîne chez certains une demande de morale, de vérité, d’autorité. L’islam progresse, aidé à la fois par la vitalité de la pratique religieuse des croyants et par la démographie. Les tensions géopolitiques dont l’« islamo-fascisme » (Manuel VALLS) offre une figure sont de plus en plus présentes dans les esprits, grâce à Internet et du fait de la diversité des origines ethniques, culturelles et religieuses de la population française.

2) D’une certaine façon, la question identitaire a pris son autonomie. Au-delà de la question omniprésente et non résolue de l’articulation entre l’universel et la diversité des cultures et des valeurs, certains parlent d’une « inquiétude culturelle » qui se serait emparée de la société française. Il en découle qu’une sortie de crise économique créant des emplois, si elle survenait, n’apaiserait vraisemblablement pas, durablement et en profondeur, les tensions. Pour résister aux multiples pressions, le pays doit être au clair sur les valeurs sur lesquelles il se fonde pour créer les conditions du vivre ensemble : liberté, égalité, laïcité, modèle d’intégration, citoyenneté... Or, celles-ci sont l’objet d’âpres débats, aussi bien sur le plan philosophique et politique qu’au niveau de la mise en pratique.

3) Des tabous sont tombés. Des idées jusqu’alors cantonnées dans les extrêmes infusent dans toute la société française. Des propos raisonnables mais fermes sont également tenus parce que « ne rien dire par peur de l’amalgame nourrit l’amalgame ». On peut tout aussi bien avoir le sentiment que les risques de dérapage sont aujourd’hui à leur maximum, ou qu’au contraire les conditions d’une dialogue constructif, franc et profond n’ont jamais été autant réunies. Sur quelle logique la société française et ses institutions nationales et locales embrayeront-elles ?

Ce travail montre également combien la laïcité, sujet majeur du vivre ensemble dans notre pays, est mal comprise par certains, contestée ou instrumentalisée par d’autres et difficile à traduire sur le terrain. Il met également en évidence les fractures socio-économiques de la société française, mais aussi l’hétérogénéité des valeurs et les tensions culturelles et identitaires qui la traversent. 


SOMMAIRE :

Constats

  • Le monde musulman interpelé 
  • La progression de l’islam en France provoque une forte anxiété 
  • Un multiculturalisme larvé et une ethnicisation des rapports sociaux
  • La radicalisation d’une minorité signe l’échec à intégrer économiquement et socialement une partie de la jeunesse et des immigrés
  • La radicalisation interpelle aussi le sens et les valeurs de notre société

Débats

  • Quel modèle d’intégration dans une France pluri culturelle ?
  • Quelle pratique de la liberté d’expression dans une société mondialisée ?
  • Quelle pratique de la laïcité dans une France pluri confessionnelle ?..
  • Quelle fabrique du citoyen ?

► Index des auteurs et des acteurs cités

► Annexe : Le pouls de l'Europe