Vous êtes ici :

Première enquête nationale sur la santé des étudiants

Étude

Date : 01/09/2005

À l’occasion de la rentrée universitaire 2005, La Mutuelle Des Etudiants (LMDE) et son observatoire de la santé ont présenté une enquête sur la santé des étudiants réalisée en partenariat avec l’IFOP. De façon synthétique, cette enquête apporte de nombreux éléments de connaissance sur les étudiants d’aujourd’hui. Elle aborde la question de la santé au sens large, notamment celle du mal être des jeunes, et ses conclusions remettent en cause les politiques de prévention. Sur un échantillon de 9 228 étudiants :
50% des étudiants ont peu ou pas confiance du tout en l’avenir.
61% pensent que la Société ne permet pas aux jeunes de réussir la vie
86% des étudiantes déclarent s’être senties déprimées au cours des 12 derniers mois et,
60% veulent arrêter de fumer
75% consomment des médicament sgénériques
4% ont subi un rapport sexuel forcé et 9 victimes sur 10 n'ont pas porté plainte
15 % des étudiants ayant répondu à l'enquête ont eu des envies suicidaires au cours des 12 derniers mois et 50 % n'en a parlé à personne. 
5% des étudiants ont déjà fait une tentative de suicide.Conclusion
Cette première Enquête nationale sur la santé des étudiants lève le
voile sur une génération confrontée à des difficultés certaines.
Les raccourcis qui conduisent à penser que cette génération et
particulièrement ses étudiants seraient déconnectés de la réalité sont
mis à mal. Les étudiants savent pourquoi ils étudient, ils se donnent
les moyens de le faire, en travaillant. Ils font face, ils encaissent et
cela au prix de leur bien être mental et psychologique. L’autonomie
qu’ils acquièrent est possible mais cela principalement à leurs
dépens. Le système de santé dans lequel ils évoluent et auquel ils
adhèrent sans restriction, repose avant tout sur un principe curatif.
Or les étudiants ont besoin de se ménager, de prévenir les situations
à risques. Pour LMDE, cette enquête met en lumière les lacunes de
notre système de protection sociale qui demande plus aux étudiants
qu’il ne leur donne.