Vous êtes ici :

Participation, empowerment, activation, contribution : points de repères

La gouvernance des territoires se transforme sous l’effet de réformes institutionnelles et de l’évolution des capacités d’action des citoyens, augmentées par les réseaux sociaux.
Ce contexte invite les pouvoirs publics à sortir d’une logique de mise en conformité permanente pour ré-interroger la place des habitants dans les prises de décision locales. Ils ont aujourd’hui l’occasion de reprendre la main, et d’arbitrer entre différentes options disponibles.
Le modèle de participation "à la française", souvent critiqué, est concurrencé par de nouvelles approches. Aux décideurs de se les approprier pour choisir et construire leur approche de l’implication civique des habitants. 
Cette étude met à jour ce qui distingue la "participation" de "l’empowerment", de "l’activation" ou encore de la "contribution".

 

 


SOMMAIRE :

Participation, empowerment, activation, contribution : points de repères

Rapport aux habitants, préciser les options disponibles
Participation, associer les citoyens aux décisions du pouvoir central
Comprendre les impasses des politiques publiques de participation

Empowerment, faire émerger l'expertise des communautés
Historique : le lobbying des minorités
Méthodes : synergie entre individus et communauté
Empowerment et champ social
Empowerment et développement
Intérêt pour la réflexion institutions / citoyens

Activation
Historique : l'État face aux chômeurs
Principes de l’activation libérale
Une cooptation internationale
Des transformations profondes pour les intermédiaires
Limites et intérêt pour la réflexion institutions / citoyens

Contribution
Historique : de l’utopie mutualiste à l’utopie numérique
Principes du cadre contributif
La mise en œuvre par des acteurs privés
La puissance publique dans un cadre contributif
Les citoyens dans un cadre contributif
Les institutions risquent-t-elle de perdre le contrôle ?
Une logique contributive est-elle concrètement applicable ?

Au-delà des mots, des pistes de réflexion
La représentation des minorités
La centralité des élus
Les intermédiaires
Un enjeu qui peut être central pour la métropole