Vous êtes ici :

Lobbying : l’influence des groupes d’intérêt s’accroît, et favorise une transformation de notre modèle démocratique

Étude

Date : 01/06/2007
Le lobbying connaît un essor en France et en Europe depuis le milieu des années 1990, notamment du fait de l’intégration européenne et des évolutions de la société et des modes de gouvernance. Il est pratiqué non seulement par les groupes d’intérêts économiques, mais par de très nombreux acteurs, associations, mouvements sociaux, etc., qui l’utilisent selon des modes différenciés. Mais le fait le plus marquant est sans doute le cheminement qui se dessine dans l’opinion publique vers l’acceptation du lobbying comme mode de participation légitime à la décision politique. Cela participe à (et traduit) un infléchissement de notre conception de l’Etat, du mode d’élaboration des décisions des pouvoirs publics et de construction de l’intérêt général, qui va dans le sens d’un Etat arbitre ou régulateur entre la pluralité des intérêts présents dans la société: la conception de la démocratie selon Tocqueville semble gagner du terrain face à celle de Rousseau.

Sommaire

Introduction

p.3

1. L’essor du lobbying                                  

p.3

2. Le lobbying: origine et définitions  

p.4

3. Les armes et les tactiques du lobbying

p.5

4. Corps intermédiaires et intérêt général: deux conceptions en compétition   

p.7

5. Les enjeux du lobbying aujourd’hui  

p.9

Conclusion : les lobbies, nouveaux acteurs du politique dans une démocratie repensée dans le sens du pluralisme 

p.12