Vous êtes ici :

Les bords de fleuve : de nouvelles ambiances urbaines

Étude

Longtemps absentes des aménités urbaines, les rives sont désormais l’objet d’opérations de requalification. Les transformations de la façade fluviale urbaine sont contemporaines des discours de « réenchantement » du fleuve – réappropriation, redécouverte, revalorisation – du milieu.
Date : 01/10/2007

Quiconque traverse la métropole lyonnaise est frappé par la manière dont le Rhône, la Saône, et la vallée du Gier marquent ce territoire : du paysage, à l’urbanisation et en passant par l’expansion économique, l’essentiel de ce qui fonde l’identité de la métropole s’inscrit dans ce rapport à l’eau et aux vallées. Le fleuve incarne ainsi, mieux que tout autre emblème, l’urbanité de la métropole lyonnaise dans toutes ses dimensions, forme urbaine, fonctions sociales, culturelles, économiques, et rapport à la nature, ainsi que notre engagement en faveur du développement durable. Depuis la fin des années 80, les retrouvailles avec les fleuves sont en marche. Dans leur sillage, elles nous invitent à relire la carte métropolitaine. A l’intérieur du Grand Lyon, plusieurs territoires fluviaux existent, bien différents, qui appellent une vision à long terme et des projets mobilisateurs, pour que l’agglomération lyonnaise développe ses charmes et devienne une métropole fluviale rayonnante.
 Longtemps absentes des aménités urbaines, les rives sont désormais l’objet d’opérations de requalification. Les transformations de la façade fluviale urbaine sont contemporaines des discours de «  réenchantement » du fleuve – réappropriation, redécouverte, revalorisation – du milieu. En ayant recours à des terminologies différentes « Loire trame verte » à Orléans, « Rives de Loire » à Nantes », « Plan Garonne » à Bordeaux ou « Plan Bleu » dans l’agglomération lyonnaise, les agglomérations de confluence, d’estuaire ou simplement riveraine partagent la même ambition, celle de valoriser l’espace fluvial pour améliorer le cadre de vie urbain, et développer le tourisme sous les auspices d’une économie fluviale espérée.En sa qualité d’espace public reconquis et de l’aménité de ses rives et paysages, le fleuve convie les urbains à l’habiter selon d’autres modes, lesquels conduisent à examiner de nouveaux usages. Quel mode de riveraineté promouvoir pour que le fleuve redevienne un espace social à part entière ?