Vous êtes ici :

Le végétal dans l'agglomération lyonnaise

Étude

Le végétal embellit la ville, la rend plus respirable, plus agréable à vivre, notamment grâce aux parcs qui facilitent les rencontres. Si l’on remonte le temps, on s’aperçoit que des initiatives significatives sont prises depuis longtemps dans l’agglomération lyonnaise pour offrir une belle place aux espaces verts. Cependant, la densité urbaine, le développement urbain, continue de faire croître la demande de plus d’espaces verts de proximité. De plus, les enjeux écologiques planétaires renforcent un instinct de protection de la nature sous toutes ses formes (espaces verts, arbres, faune, flore), les comportements individualistes plus prégnants aujourd’hui suscitent des contre-courants qui s’appuient sur les espaces de nature : les jardins collectifs sont par exemple devenus des outils visibles pour réapprendre à œuvrer de manière collective. Ainsi, la période contemporaine, donne lieu à un foisonnement d’initiatives dont l’objectif est de répondre à une présence accrue de la nature et des valeurs qu’elle porte.
Date : 23/03/2007

Jusqu’au développement de l’ère industrielle : la nature est essentiellement inhérente au site
Du fait de son emplacement géographique, la ville de Lyon est très fortement reliée à des éléments naturels tels que les fleuves, les collines. La présence de la nature au milieu d’espaces construits se lit principalement à travers les plantations d’arbres. Les premières traces historiques datent du XVIème siècle.
16ème siècle : Présence d’arbres fruitiers dans la ville de Lyon
Début 17ème siècle : Présence de 300 tilleuls sur la Place Bellecour

18ème siècle
1750 : Première plantation d’alignement connue sur Lyon
1796 : Premier grand jardin botanique à Lyon, sur les pentes de la Croix-Rousse
1850 : Plusieurs centaines de milliers de chevaux permettent de se déplacer dans la ville.Au 19ème siècle, des  espaces de verdure sont créés pour participer à l’embellissement de la ville et à sa renommée1820-1860 : Plantations d’alignement de peupliers ou de saules. Plantation de platanes sur les quais de Saône, puis sur le cours de Verdun et les quais du Rhône.
1857 : Création du Parc de la Tête d’Or (105 hectares) et transfert du jardin botanique au Parc de la Tête d’Or. Le Parc de la Tête d’Or offre des espaces consacrés à la présentation d’animaux d’autres continents.
1866 : A la Croix-Rousse, à la place des remparts, 930 arbres constituent le plus grand alignement de Lyon.Fin XIXème, des initiatives privées idéalistes et humanistes utilisent les jardins pour améliorer les moyens de subsistance des ouvriers 1894 : Première société française des jardins ouvriers à Saint Etienne
(1906 : 700 jardins familiaux à Saint-Etienne, 6000 entre 1939 et 1945, et 3800 en 1996, gérés par diverses associations).
1896 :  Création de la Ligue du Coin de Terre et du Foyer à LyonDébut du 20ème siècle : les cités-jardins l’art nouveau sont une traduction architecturale de la nature dans la ville 1919 : Loi Cornudet : Toute commune de plus de 10 000 habitants est tenue d’établir un plan d’extension et d’embellissement. Objectif : prévoir l’embellissement de la ville et la planification d’espaces non construits, destinés à la détente.
1925 : pour Le Corbusier, « la ville de demain peut vivre totalement au milieu des verdures ». Progressiste, il développe le concept de « ville verte », où les objectifs hygiénistes s’allient aux formes architecturales des logements.
1938 : Création du Parc de Parilly (178 hectares) sur les communes de Bron et Vénissieux. Il est un réservoir d’air pur pour l’Est lyonnais et a une large vocation d’accueil de manifestations sportives (présence d’un hippodrome).L’époque moderne et l’arrivée de l’usage croissant de l’automobile génèrent les nouvelles limites du naturel en villeAnnées 50 : la pollution, le bruit et la dangerosité des véhicules encouragent la création par les collectivités, d’espaces calmes, exempts de circulation, ainsi que la mise en place de végétation aux fonctions d’écrans visuels (végétation) et sonore (fontaines).
1960-75 : Développement du tourisme de masse. Le besoin d’espaces verts en ville est devenu accessoire, voire un élément superflu, pour les citadins de plus en plus nombreux. Davantage recherchent la « vraie nature » en dehors de la ville.
1968 : Création du Parc de Miribel-Jonage (2200 hectares), aujourd’hui Grand-Parc
1978 : Elaboration du Schéma Directeur de l’Agglomération Lyonnaise, qui prévoit de limiter l’étalement urbain par une large protection des espaces naturels. La ceinture verte (territoires ruraux et espaces non urbanisés) représentent 40% du territoire de l’agglomération.
1980 : L’Agence d’Urbanisme de l’Agglomération Lyonnaise crée une cellule Environnement, visant à intégrer l’environnement dans les projets d’urbanisme.
1984 : 1er manifeste de l’écologie urbaine de Christian Garnier et Philippe Mirenowicz
1985 : Ouverture du Parc de Lacroix-Laval (115 hectares) sur les communes de Charbonnières-les-bains, Marcy l’Etoile, la Tour de Salvagny. Ce parc est l’espace vert aménagé le plus vaste du département. Il est géré par le Conseil Général.
1986 : Création du Salon Primevère, à l’initiative de militants du parti Vert. Salon de l’Ecologie et des alternatives.Des orientations des politiques publiques favorisent les liens entre la nature et les citadins1990 : Plan Bleu du Grand Lyon : aménagement des berges et de leur environnement, révisé en 2000. 1992 : Plan Vert du Grand Lyon : protection des espaces naturels, limitation de l’usage de l’automobile, réalisation d’espaces verts.
1990 : création de la Mission Ecologie du Grand Lyon.
1992 : 1ère charte de l’écologie urbaine du Grand Lyon. Document de référence sur l'ensemble des politiques menées par le Grand Lyon en matière d'environnement. 
1992 : Nouveau Schéma Directeur de l’Agglomération Lyonnaise qui associe les espaces verts à un élément de qualité de vie. La proximité de la nature est perçue comme une chance et non comme une contrainte.
1992 : Création de l’Observatoire de l’Environnement du Grand Lyon
1995 : Création du Parc des Hauteurs et du jardin du Rosaire (10 hectares)
1996 : Seconde Charte de l’écologie urbaine du Grand Lyon votée, portant sur la période 1997-2001.

Les acteurs associatifs et les organisateurs de salons rebondissent sur l’engouement pour la nature1998 : Création de l’association « Passe-Jardins », soutenu par le Grand Lyon. Elle promeut toutes les formes de jardins partagés et solidaires : jardins familiaux, jardins communautaires d'habitants, jardins d'insertion sociale et jardins pédagogiques.
1998 : Création du premier jardin partagé, le Vert Luizet, à Villeurbanne.
1999 : La Communauté Urbaine de Lyon signe la Charte Européenne des Villes Durables
2000 : La charte de l’arbre du Grand Lyon fait de l’arbre un acteur indispensable à la vie en ville par sa fonction sociale, pédagogique, biophysique et biologique.
2000 : Création du Parc de Gerland (20 hectares). 3ème parc paysager lyonnais (après le parc de la Tête d’Or et le parc des hauteurs), il est dédié aux loisirs et aux sports et a fait l’objet, de la part de l’architecte paysagiste Michel Corajoud, d’une approche paysagère contemporaine.
2001 : création du parc naturel urbain de la Feyssine (40 ha) . Le projet du cabinet paysagiste Ilex respecte les qualités naturelles du site et en fait un espace de liberté et de découverte en bordure du Rhône.
2002 : Intervention du Grand Lyon au sommet Mondial pour le Développement Durable de Johannesburg, seule communauté urbaine française à participer.
2002 : Rédaction du livre blanc sur le développement durable au Grand Lyon et organisation des Dialogues pour la Terre à Lyon
2002 : Première édition de Vivez Nature à Lyon, salon de l’agriculture biologique, de l’environnement et des produits naturels
2004 : 84% des français estiment qu’il faut créer davantage de jardins, de parcs et d’espaces verts en ville (Enquête auprès des habitant de l’agglomération lyonnaise « La demande sociale de nature en Ville, Emmanuel Boutefeu, CERTU, 2002)
2004 : Premier Festival des jardins de rues à Lyon
2005 : 1ères assises des jardins partagés, une soixante sont dénombrés dans l’agglomération.
2005 : 1ère édition du Salon de l’Habitat Ecologique à Craponne, 1er salon Résidence bois et Eurobois, 1er salon
2007 : création d’Ecobatir, salon relatif à l’utilisation de matériaux naturels de construction
2007 : inauguration des berges du Rhône. L’objectif est de permettre le développement de liens sociaux, de liens culturels et à la nature grâce à une plus grande proximité aux fleuves.