Vous êtes ici :

Le désherbage raisonné au Grand Lyon : Quelles implications en termes de choix public et de conduite du changement ?

Étude

Date : 30/01/2012

Le Grand Lyon s’est engagé, depuis 2005, à réduire l’utilisation de produits chimiques pour désherber, afin de préserver les ressources en eau. Cette orientation inscrite dans son Agenda 21 a engendré un changement de pratiques des professionnels chargés du désherbage (en régie et dans les entreprises prestataires), qui utilisent aujourd’hui surtout des techniques alternatives aux produits chimiques, ou manuelles.
La question du désherbage au Grand Lyon  pose des choix publics presque cornéliens : les techniques alternatives au désherbage chimique comme le désherbage thermique sont utilisées, mais il n’est plus question de les systématiser en raison de leur efficacité restreinte, moindre que celle des produits chimiques, de leur coût élevé et de leur écobilan médiocre.Cette politique pose donc la question des solutions que doit choisir la collectivité en fonction des objectifs qu’elle s’est donnés et des enjeux qu’elle entend prendre en compte. Cette politique agit aussi comme un révélateur de la manière dont le Grand Lyon doit aujourd’hui conduire ses politiques, en prenant en compte des aspects qui ne lui sont pas familiers. Pour réussir le tournant que constitue le désherbage raisonné, il faudra à la fois faire évoluer les niveaux d’acceptation concernant la présence d’herbe en ville, étudier les usages piétonniers pour réaliser des aménagements sur mesure, expérimenter pour trouver des solutions qui n’existent pas à l’avance, différencier les techniques et solutions en fonction des sites et objectifs à atteindre, et renoncer bien sûr à l’idée que la technique apporte à elle seule une réponse satisfaisante… Acceptabilité, usages, expérimentation, ces termes nous placent au cœur d’un changement de l’action communautaire.

Sommaire
 

1 Le désherbage raisonné : une action à la croisée de trois enjeux   
2 Genèse du désherbage raisonné au Grand Lyon
3 Éléments de bilan 
4 Quelles perspectives pour la Communauté urbaine ? 
5 Zoom : faire évoluer la perception des habitants pour rendre l’herbe plus acceptable, un levier encore peu exploité
Annexes