Vous êtes ici :

De rives à rives : Passages et franchissements

Étude

Date : 01/10/2007

Quiconque traverse la métropole lyonnaise est frappé par la manière dont le Rhône, la Saône, et la vallée du Gier marquent ce territoire : du paysage, à l’urbanisation et en passant par l’expansion économique, l’essentiel de ce qui fonde l’identité de la métropole s’inscrit dans ce rapport à l’eau et aux vallées. Le fleuve incarne ainsi, mieux que tout autre emblème, l’urbanité de la métropole lyonnaise dans toutes ses dimensions, forme urbaine, fonctions sociales, culturelles, économiques, et rapport à la nature, ainsi que notre engagement en faveur du développement durable. Depuis la fin des années 80, les retrouvailles avec les fleuves sont en marche. Dans leur sillage, elles nous invitent à relire la carte métropolitaine. A l’intérieur du Grand Lyon, plusieurs territoires fluviaux existent, bien différents, qui appellent une vision à long terme et des projets mobilisateurs, pour que l’agglomération lyonnaise développe ses charmes et devienne une métropole fluviale rayonnante.
Si la cité lyonnaise peut s’enorgueillir d’être traversée par un fleuve et une rivière, elle a dû, en conséquence, en subir les méfaits (inondations) et faire preuve d’ingéniosité pour les franchir.
Depuis les gués, les bacs à traille, les bêches ou barques à fond plat jusqu’aux ponts, le franchissement des fleuves a nécessité la conjugaison de prouesses techniques, de défi humains, d’inventivités et d’investissements financiers.Le pont, technique aboutie de franchissement d’une rive à l’autre, est aussi l’objet de multiples enjeux stratégiques et symboliques.
Liaison entre deux territoires, voie d’échanges, le pont est un attribut économique et politique. Pour preuve, leur destruction . 
 
S’ils représentent des enjeux stratégiques, les ponts sont aussi porteurs d’une dimension symbolique emprunte de croyance, peur et rite de construction.
La contemporanéité de certaines d’entre elles, le cadenas que l’on scelle à un pont de Riga (Lettonie) pour symboliser l’union de deux personnes ou, les ponts du Caire qui servent de décor aux photos de mariage témoignent de la vivacité de cette dimension pour qui les côtoient quotidiennement. Au cœur de l’agglomération, trente ponts, passerelles ou viaduc SNCF unissent les quatre rives lyonnaises, autant dire qu’ils sont constitutifs du phénomène urbain. Fils tendus entre les rives, leur présence est garante du développement urbain, de la fluidité des déplacements et de la cohésion territoriale de rives à rives.