Vous êtes ici :

Mesurer le bien-être à l’échelle d’un projet urbain ?

Illustration représentant des fleurs rouges et bleues
© Donatien Mary

Étude

Un tour d’horizon des méthodes de quantification du bien-être social

Cette revue de littérature des indicateurs de bien-être a été réalisée dans le cadre du projet de R&D Modélisation urbaine de Gerland (MUG) qui vise à proposer une modélisation systémique du quartier de Gerland.

Un des objectifs de ce projet de R&D est de modéliser les effets sociaux des scénarios de projets urbains. Le tour d’horizon des méthodes de quantification du bien-être vise à conceptualiser cette notion aux contours flous pour construire des indicateurs robustes.
Date : 02/05/2016

L'étude s'appuie sur la façon d'opérer le passage d’un « concept mou » à une « statistique dure », en se focalisant particulièrement sur la notion de bien-être. Trois méthodes, illustrées par plusieurs cas concrets, sont présentées ici : une première basée sur l’agrégation de données objectives ; une seconde fondée sur l’analyse de données subjectives ; et enfin une troisième mêlant données subjectives et objectives.

 

Sommaire : 

 

Introduction :
De l’avoir-beaucoup au bien-être : produire une statistique solide à partir d’un concept mou

1. Les années 1990 et l’apparition des indicateurs de bien-être axés sur les capacités

2. Les années 2000 et la percée des indicateurs de bien-être subjectif

3. Les années 2010 : vers des indicateurs mixtes ?

Conclusion & résumé