Vous êtes ici :

Les parcours de mobilité sociale ascendante des descendants d’immigrés algériens

Texte d'auteur

Dans le cadre d’une étude effectuée par le Groupe de Recherche sur la Socialisation, (UMR 5040 CNRS, Lyon II), Emmanuelle Santelli étudie les parcours des populations d’origine maghrébine dans une perspective intergénérationnelle : comment se construisent les trajectoires professionnelles en référence aux parcours des parents. Ce texte s’appuie sur une enquête effectuée sur les descendants d’immigrés algériens qui ont eu des parcours réussis.
Date : 01/01/2002

Quel a été le rôle de la famille dans cette ascension professionnelle et sociale ?

Deux catégories ont été repérées : les cadre et les entrepreneurs. Ces deux catégories ont en commun d’être descendants des familles algériennes ayant immigré à partir des années 1940/50.

L’enquête a voulu repérer les liens entre l’histoire familiale et ses différentes formes de transmissions intergénérationnelles et les positions socioprofessionnelles occupées par leurs enfants.

Au terme de cette étude, il ressort que ces deux catégories ont tous eu un soutien de leur famille dans leur ascension sociale.
Mais on note une différence fondamentale entre les cadres et les entrepreneurs. Pour les premiers l’effort de la famille s’est concentré sur l’école, sur l’accès aux diplômes. Ils ont donc bénéficié d’un soutien de leur famille avant leur parcours professionnel.

Pour les seconds le soutien a eu lieu pendant l’activité professionnelle : la famille a soutenu financièrement leur activité entrepreneuriale.