Vous êtes ici :

Le quartier de la Part-Dieu à Lyon : l’invention d’un centre-ville 1960 - 1980

Plan du quartier de la Part-Dieu

Étude

Au début des années 60, le centre de la ville de Lyon, à l’étroit dans la Presqu’île, étouffe, incapable de s'adapter à une société urbaine en pleine mutation. Une politique nationale d'aménagement du territoire, un maire de Lyon ambitieux aidés par une forte croissance économique sont le point de départ de l'aventure urbaine de la Part-Dieu.

L’opportunité est unique : il s’agit de réaliser sur un terrain vierge un centre-ville contemporain, devant bénéficier de tous les services existants tout en anticipant les besoins futurs de Lyon, « métropole d’équilibre ».

Cette synthèse retrace les premières réflexions urbaines imaginées pour le quartier de la Part-Dieu. Quelle était l’ambition du plan d’origine ? Elle montre comment les plans « rationnels » des urbanistes ont été confrontés à la dure réalité.

Une série d’ajustements dénatureront profondément le parti initial. Le quartier se construit sans la cohérence urbanistique imaginée. Le pragmatisme économique et financier prend le pas sur la volonté de réaliser un quartier singulier. L’ étude se termine à la fin des années 70, lorsque la première phase du chantier s’achève.
Date : 01/10/2008

Sommaire 

 

1. Imaginer un nouveau centre pour Lyon, « métropole régionale »

● Part-Dieu 1960, un « grand ensemble » au cœur de Lyon
● Le site de la Part-Dieu devient stratégique : « centre directionnel » de la métropole d'équilibre qu'est devenue Lyon
● Les acteurs imaginant le nouveau quartier
● Le parti d'aménagement du plan de 1967, l'un des plus abouti
● Construire un nouveau centre-ville… à partir de quels modèles ?
● La Part-Dieu et la restructuration de la rive gauche
● La concertation et la Part-Dieu
● L'enthousiasme et l'envie…

 

2. La mise en opération de la « ville rêvée »

● « L'opération du siècle »
● Une critique quasi immédiate du parti d'aménagement 
● La SNCF ne fera pas de gare à la Part-Dieu…  
● Du centre commercial prolongeant la gare au plus grand centre commercial d'Europ
● Une cité d'Etat amoindrie par une série de « démissions »
● Un désengagement progressif de l'Etat
● Des acteurs privés qui imposent leurs visions d'ensemble « à la parcelle »
● Un pôle culturel remis en question