Vous êtes ici :

La non participation électorale

Illustration de la couverture de l'étude

Étude

Tendances prospectives

Quels sont les mécanismes qui font que les gens ne se sentent plus comme des concitoyens et ne participent pas au premier des exercices de la citoyenneté : le vote ?

Et à partir de là quelles sont les principales tendances ou questions qui apparaissent à propos de l'importance de l'abstentionnisme.
Date : 16/02/2018

Sommaire : 

 

Décryptage
● La non-participation électorale : un fait devenu massif et assumé
● Un changement dans les usages du vote (et de l’abstention) : l’électeur intermittent
● La jeunesse, première grande prédisposition à l’abstention
● Un facteur aggravant de l’abstention : la mal inscription
● Les inégalités sociales produisent de l’inégalité électorale
● Les facteurs environnementaux : l’importance de l’affiliation sociale et du vote collectif
● Une crise de la représentation politique
● D’autres causes multiples à la non-participation électorale
● Une participation aux élections locales liée à la taille de la commune 

Tendances
1. La revendication d’un abstentionnisme politique
2. Vers une rupture démocratique ?
3. Le risque du hors-jeu démocratique pour les plus précaires
4. La montée des populismes
5. Face à la "médiarchie", constituer un espace public critique ?
6. La démocratie participative comme supplétif de la démocratie représentative
7. Une participation qui permet de reprendre le pouvoir sur les territoires
8. Étendre ou aménager le droit de vote, en faire un devoir ?
9. De nouveaux modes de communication politique et d’éducation à la citoyenneté
10. Les réponses numériques à la crise démocratique : l'essor des civic tech

Interview
● Céline Braconnier, directrice de Sciences Po Saint-Germain-en-Laye, professeure des universités en science Politique et agrégée d'histoire

Initiative
● Grandir en humanité et en citoyenneté avec les Cités d’or