Vous êtes ici :

Ville et handicap : en finir avec l'accessibilité

< Retour au sommaire du dossier

Un handicapé moteur face à un escalator
© ©Céline Ollivier : FRV1OO

Étude

Tag(s) :

Date : 25/08/2011

« L’accessibilité » n'est pas l'accessibilité. Si l'idée de rendre accessible peut supposer différentes voies pour y parvenir, matérielles et immatérielles, créatives, humaines, subtiles, «l’accessibilité » est ce que l’on en a fait, une logique qui a certes des mérites mais aussi des limites, tant elle s’est bornée à ne considérer le handicap qu’à travers une approche techniciste et normalisatrice.

Et si on allait plus loin ? Et si une approche plus ouverte, plus transversale – plus humaine également – du handicap permettait de poser de nouvelles questions et d’envisager d’autres formes de réponses ? C’est dans cette voie que s’engage cette étude.

Les problématiques mises en avant dans cette étude résultent de l’analyse de témoignages et d’observations de personnes interviewées présentant différents handicaps (personne sourde, malvoyante, aveugle, infirme moteur cérébral, souffrant de difficultés d’élocution et de communication, autiste) et de personnes âgées.

SOMMAIRE

PARTIE 1 :
POUR UN ÉLARGISSEMENT DE LA NOTION D’ACCESSIBILITÉ
- LES LIMITES DE « L’ACCESSIBILITÉ »
- EN FINIR AVEC « LE » HANDICAP
- LA VILLE ACCESSIBLE N’EXISTE PAS
- UNE ACCESSIBILITÉ UNIVERSELLE OU SUR-MESURE ?
- L’ACCESSIBILITÉ DOIT ÊTRE UN SERVICE
- DU BON USAGE DES TECHNOLOGIES

PARTIE 2 :
POUR UN DÉCLOISONNEMENT DU « MONDE DU HANDICAP » ET DE LA SOCIÉTÉ
- DES MONDES QUI RESTENT CLOISONNÉS
- VIVRE ENSEMBLE POUR SE COMPRENDRE
- DES FRICTIONS TEMPORELLES
- PARTAGER LES VERTUS DE LA LENTEUR
- DE LA NÉCESSITÉ D’ÊTRE KAMIKAZE POUR VIVRE
- FAIRE SES CHOIX