Vous êtes ici :

L’évaluation des politiques publiques, c’est quoi exactement ?

< Retour au sommaire du dossier

© Céline Ollivier-Peyrin

Étude

Apparue quelque peu tardivement en France, l’évaluation des politiques est finalement devenue dans le courant des années 1980 porteuse de nombreux espoirs en matière de renouveau de l’action publique.

Tag(s) :

Date : 04/12/2015

Evaluer… à quoi ça sert ? Pour la Société Française d’Evaluation (SFE)1, « l’évaluation vise à produire des connaissances sur les actions publiques, notamment quant à leurs effets, dans le double but de permettre aux citoyens d’en apprécier la valeur et d’aider les décideurs à en améliorer la pertinence, l’efficacité, l’efficience, la cohérence et les impacts. » Parmi ses autres avantages,« l’évaluation contribue à rationaliser la prise de décision publique, à moderniser la gestion de l’administration et des services publics et à rendre plus efficace la dépense publique. Elle contribue simultanément au développement de la responsabilité (…) ainsi qu’à l’apprentissage organisationnel. » (SFE, 2006)

Comme le montre ce court argumentaire, les raisons qui peuvent mener à évaluer les politiques publiques sont nombreuses, et on distingue classiquement plusieurs finalités qui ne sont pas exclusives : finalité démocratique, gestionnaire, décisionnelle ou encore d’apprentissage.  

1  La Société Française de l’Évaluation est une association qui regroupe 300 adhérents (2/3 individuels et 1/3 institutionnels). Elle a pour vocation générale de "contribuer au développement de l'évaluation" (http://www.sfe-asso.fr/). L'objectif est d'en intensifier l'usage dans les structures privées et publiques. Bien que l'évaluation soit de plus en plus reconnue dans le pilotage, la SFE considère qu'il existe encore de grandes disparités dans la vision et l'utilisation de l'évaluation; 

 


SOMMAIRE :

Avant tout… pourquoi évaluer ?

Evaluer une politique, c’est mesurer ses effets… et juger sa valeur

Politique, programme, action : qu’évalue-t-on… et selon quels critères ?

Poser les bonnes questions… et choisir les bons outils !