Vous êtes ici :

La ville , l'école. Les nouvelles formes d'intégration

< Retour au sommaire du dossier

Interview de Jacques DONZELOT

<< Avec la relégation, on subit l’effet de la mondialisation par le bas, c’est-à-dire l’arrivée de minorités eth- niques pauvres, les fameuses minorités visibles, qui sontregroupées dans les cités d’habitat social les moins agréables >>.

Tag(s) :

Date : 01/12/2004

Jacques Donzelot, Maître de conférences en sociologie à l'Université ParisX mène actuellement ses travaux sur la politique de la ville. Il est conseiller scientifique au Plan Urbanisme Construction. Il est reconnu comme l'un des meilleurs spécialistes des questions sociales et urbaines.(wikipédia). Y a-t-il ou non fracture urbaine, polarisation ou dualisation? Comment cela se traduit-il au niveau de l'école ?

Marie R AY N A L : Que ce soit dans votre ouvrage "Faire société" ou dans votre contribution à la revue Esprit de mars 2004 intitulée « La ville à trois vitesses », vous distinguez trois catégories de populations qui se séparent les unes des autres dans une dérive sécessionniste inquiétante: les minorités ethniques, les oubliés et les enrichis. Cela correspondrait à un lugubre tryptique qualifiant les ruptures territoriales et humaines: relégation, périurbanisation, gentrification. Pouvezvous commenter cette classification?J A C Q U E S D O N Z E L OT : Cet article de la revue Esprit suscite des polémiques et a irrité quelques spécialistes essentiellement orientés autour d’une interrogation: y a-t-il ou non fracture urbaine, polarisation ou dualisation? Et voilà que je complique l’affaire et dérange leurs exquis débats de professionnels de la profession! Quoi qu’il en soit, j’ai voulu distinguer trois états de la ville pour décrire trois tendances affectant la ville,même si elles n’épuisent pas la réalité de celle-ci, trois tendances, en croissance, de la ville. Ces trois états permettent le mieuxselon moi de décrire l’impact de la mondialisation sur la... (lire la suite sur le fichier pdf. joint).