Vous êtes ici :

Ville réelle, ville virtuelle

< Retour au sommaire du dossier

Article

Boris BEAUDE (*)complète cette analyse en insistant sur la dimension temporelle du sujet : "L’automobile a profondément modifié la physionomie de la ville sur un laps de temps relativement long ; a contrario, la généralisation des systèmes de géolocalisation sur téléphone mobile devrait prendre cinq ans au maximum. Dès lors, les politiques d’aménagement de la ville ne disposent pas d’un recul suffisant sur ces technologies nouvelles et leur incidence sur les comportements individuels". Nombre d'enjeux se concentrent autour de cette tension entre temps court (celui des usages) et temps long (propre aux acteurs décisionnaires). Boris BEAUDE (*) en explicite quelques problématiques-type : "Le numérique améliore la lisibilité du territoire : cette association représente une opportunité en termes de recherche mais soulève la question du partage entre sphères privée et publique

Tag(s) :

Date : 15/10/2010