Vous êtes ici :

Les représentations du « sans-abrisme »

< Retour au sommaire du dossier

Étude

La représentation de la personne sans-abri se retrouve dans de nombreuses œuvres culturelles. De l'image du « clochard » à l'enfant des rues, ces personnages contribuent à construire un imaginaire collectif, empathique ou hostile, envers cette « figure la plus spectaculaire de la pauvreté urbaine ». Analyser ces multiples représentations permet ainsi de mieux comprendre comment les individus perçoivent les réelles personnes sans-abri.

La Direction de la Prospective et du Dialogue Public s’interroge sur les réalités vécues par les personnes sans-abri, en analysant leurs besoins, leurs usages et leurs conceptions de la vie à la rue. Dans cette étude, les auteurs Margot Baldassi et Philippe Gargov se sont intéressés aux représentations des personnes sans-abri dans le cinéma, représentations qui font écho à la situation actuelle et réelle des personnes sans-abri en France. Les auteurs mettent ainsi en lumière les publics représentés (profils, parcours de vie...) et leurs vécus (le quotidien et les pratiques de survie dans la rue).

Tag(s) :

Date : 10/09/2020

Sommaire : 

Introduction
Un élément contributif à la complexité du phénomène
Des conséquences indirectes sur la perception des personnes à la rue
Comprendre les représentations pour tenter d'identifier leurs impacts cognitifs
Le cinéma pour prendre le pouls des imaginaires du « sans-abrisme »

Les sans-domiciles à l'écran : des clichés persistants, mais une inflexion vers plus de réalisme
La persistance du clochard, cliché séculaire du « SDF »
L'enfant des rues, du fantasme historique à la réalité sociale
Le péril jeune : une adolescence en quête de sens ?
Les femmes sans-domicile à l'écran : mises en scène d'un phénomène social invisibilisé
Les migrants, un profil ancien qui connait de profondes évolutions
Les familles à la rue : des représentations qui varient selon les cultures

La vie quotidienne des sans-domiciles au cinéma : rendre visible des questions sensibles
Espaces de vie et lieux d'hébergement
La rue comme seul refuge pour les sans-domiciles
Le centre d'hébergement, une place rare mais précieuse
Le sans-domicile hébergé à la maison, un scénario comique
L'hôtel miteux, cliché de l'hébergement des âmes en peine
Vivre aux marges des villes et de la société, un choix pudique et stratégique
L'habitacle personnel réinvesti, une précarité honteuse
Modes de vie décousus et mécanismes de survie
À chacun son gagne-pain quotidien
Ne pas manger à sa faim, se nourrir par tous les moyens
La question centrale de l'hygiène et du rapport au corps
Simuler un chez-soi dans les interstices de la ville
Des convivialités multiples et précieuses
L'exclusion et la solitude, des ressentis inéluctables

Ouverture : Quel rôle pour le cinéma dans la diffusion des connaissances sur le « sans-abrisme » ?