Vous êtes ici :

La ville de demain : une aspiration de plus en plus forte pour une ville plus verte

< Retour au sommaire du dossier

Étude

Si les Français rêvent majoritairement de vivre à la campagne, la majorité d’entre eux sont toutefois des urbains. Les reproches les plus souvent faits aux villes touchent à la qualité du cadre vie, qui apparaît aujourd’hui comme l’une des préoccupations les plus fortes des Français – et le premier motif de déménagement. Cela explique sans doute pourquoi la ville idéale à laquelle ils aspirent est une ville plus verte et plus végétale – une demande de verdure d’autant plus forte chez les jeunes urbains et les populations les plus démunies.

Tag(s) :

Date : 12/04/2021

La qualité du cadre de vie, une aspiration très forte des Français

 

Une récente étude du CREDOC (2017) montre que le cadre de vie est un facteur auquel les Français sont aujourd’hui très attachés. La qualité du cadre de vie arrive ainsi en seconde position des domaines de vie jugés comme les plus importants, loin derrière la famille mais avant le logement, le temps libre, le travail ou encore les amis.

 

© CREDOC 2017

 

Cette même enquête montre que les Français sont majoritairement satisfaits (56%) ou très satisfaits (32%) de leur cadre de vie, malgré des différences importantes entre régions : ainsi, 47% des habitants d’Auvergne-Rhône-Alpes se disent très satisfaits, contre seulement 27% des Franciliens. De manière générale, le CREDOC note un fort gradient d’urbanité : la satisfaction à l’égard du cadre de vie est d’autant plus forte qu’on s’éloigne des villes, et en particulier des grandes villes.

Ainsi, toujours selon la même étude, la qualité du cadre de vie est aujourd’hui devenue le premier motif de déménagement : 47% de ceux qui désirent déménager citent ce facteur de motivation en premier ou en second. C’est très loin devant les opportunités professionnelles (citées par 22%), l’accession à la propriété (21%) ou encore l’adaptation du logement à la situation familiale (21%). Une étude de l’IFOP réalisée en 2017 montre que la présence d’espaces verts à proximité de leur logement a été un choix important pour 85% des Français interrogés (et même « très important » pour 49% des Français).

 

 

32% des Français se déclarent très satisfaits de leur cadre de vie quotidien, mais ce chiffre varie de 38% pour les résidents des communes rurales à 23% pour les habitants de l’agglomération parisienne. À l’autre opposé du spectre, les personnes se déclarant « pas du tout satisfaites » de leur cadre de vie ne sont que 2% dans les communes rurales et 5% en agglomération parisienne. (CREDOC, 2017)

 

La ville idéale : une ville verte et paysagère

 

Cette demande de qualité du cadre de vie se retrouve dans les enquêtes relatives aux aspirations des urbains. Les nuisances environnementales comme la pollution et le bruit arrivent en effet en tête des reproches faits aux villes (voir fiche correspondante). Sans grande surprise, l’amélioration du cadre de vie et de l’environnement urbain est donc l’aspiration la plus forte des Français. Lorsqu’on leur demande de décrire la ville idéale, de façon spontanée ils citent en premier lieu des éléments en lien avec l’amélioration de l’environnement local : 31% des Français imaginent avant tout une ville plus écologique, plus verdoyante, plus belle ou encore plus propre ou conviviale. L’amélioration de l’environnement urbain arrive très largement devant toutes les autres attentes, que ce soit en matière de transport (10%), de sécurité (10%) ou encore d’économie (8%) (IFOP, 2013)

 

© IFOP 2013

 

Ces résultats ont été confirmés par plusieurs études plus récentes. L’enquête menée par Chronos et l’Obsoco en 2017 montre par exemple que dans l’imaginaire des français, le modèle de la ville idéale le plus plébiscité est celui de la « ville nature » : cette cité verdoyante obtient un niveau d’adhésion moyen de 7,7 sur une échelle subjective comprise entre 0 (aversion) et 10 (adhésion la plus totale). Arrivent ensuite : la « ville autosuffisante » (6,9/10), qui se caractérise elle aussi par (entre autres choses) davantage d’espaces verts, mais cette fois-ci dédiés à la production agricole, et en troisième position la ville des « courtes distances » (6,8/10), caractérisée notamment par une moindre place laissée aux voitures. Soit autant de thématiques en lien avec l’amélioration du cadre de vie.

 

La question est ouverte, les personnes interrogées peuvent proposer plusieurs qualificatifs. © IFOP 2017

 

Sans doute plus orientée dans sa manière d’aborder la question, l’étude menée en 2017 par l’IFOP pour le compte de l’Union Nationale des Entreprises du Paysages arrive peu ou prou aux mêmes conclusions : les qualificatifs de la ville idéale les plus souvent cités sont « écologique », « végétale » et « spacieuse ». Les moins cités sont « verticale » et « minérale ».

Quant à la ville idéale, là encore le sondage renvoie à un imaginaire pour le moins végétal : l’urbanité à la Star Wars ou à la Batman s’avère un véritable repoussoir pour des Français qui privilégient l’imaginaire fantasy de Game of Thrones ou plus encore celui du Seigneur des Anneaux : c’est en effet Fondcombe, la ville-forêt verticale des Elfes, qui les séduit le plus.

 

Les modèles de ville sont suggérés, peu nombreux (5) et accompagnés d’une phrase descriptive très sommaire© IFOP, 2016

 

Plus prosaïquement, interrogés par le CSA sur les projets qui rendraient la vie plus agréable en ville, parmi une liste proposée les Français plébiscitent prioritairement la création d’écoquartiers (57%), les potagers urbains (27%), les circuits courts (27%) et les modes de déplacement alternatifs à la voiture. (CSA, 2015)

 

Une demande de verdure tirée par les jeunes et les moins aisés

 

On notera enfin que cette demande de verdure en ville est tirée par les populations les plus jeunes et les moins favorisées : ce sont elles qui sont en effet les plus demandeuses d’espaces verts en ville... notamment parce que ce sont elles qui en sont le plus privées. C’est en tout cas ce que remarque l’IFOP : « Près de 7 jeunes urbains sur 10 (< 35 ans) considèrent que la création d’un espace vert doit être un investissement prioritaire dans leur ville. Chez les personnes âgées de plus de 65 ans, cette proportion tombe à 1 sur 2 (mais rappelons que ces derniers disposent, pour la plupart, d’un jardin privatif !). De même, ceux logeant dans un immeuble et n’ayant pas de jardin sont plus nombreux à réclamer la création de nouveaux espaces verts (70%) que ceux habitant en maison individuelle (57%). » (IFOP, 2016)

 

Cette ressource est extraite de l’étude Aspirations et clivages : rapports à la ville (6/6), publiée sur Millénaire 3 en 2018.

 

Note bibliographique et méthodologique

 

  • Chronos & Obsoco, 2017. L’observatoire des usages émergents de la ville, Chronos, Obsoco, ADEME, CGET, Clear Channel & Institut Vedecom, novembre 2017. (L’étude repose sur un questionnaire adressé à 4 000 personnes dans toute la France, plus 1 300 dans Paris intra-muros et 1 000 réparties en Italie, au Royaume-Uni et en Allemagne, à titre de comparaison).
  • CREDOC, 2017. Les Français et leurs territoires : vécus et attentes vis-à-vis des pouvoirs publics, Coll. des rapports, n° 336, CREDOC, novembre 2017 (résultats obtenus à partir du dispositif permanent du CREDOC « Conditions de vie et opinions des Français » auprès de 2000 Français âgés de douze ans et plus, méthode des quotas basée sur sexe, âge et profession après stratification par région et catégorie d’agglomération).
  • IFOP, 2013. Le regard des Français sur leur ville : ressenti, jugement à l’égard de l’action municipale et attentes vis-à-vis de la ville idéale, IFOP, Concours National des Villes, février 2013. (Sondage auprès de 1001 personnes représentatif de la population française de 18 ans et plus résidant dans des villes de 20.000 personnes et plus, méthode des quotas basée sur sexe, âge et profession après stratification par région, taille de commune et catégorie d’agglomération, questionnaire en ligne).
  • IFOP, 2016. Ville en vert, ville en vie : un nouveau modèle de société, IFOP, UNEP, 2016 (sondage auprès de 1013 personnes représentatif de la population française de 18 ans et plus, méthode des quotas basée sur sexe, âge et profession après stratification par région et catégorie d’agglomération, questionnaire en ligne).
  • CSA, 2015. Pour vivre heureux, vivons… en ville ou à la campagne ? CSA & Observatoire du bonheur, juin 2015 (sondage auprès de 1011 personnes représentatif de la population française de 18 ans et plus, méthode des quotas basée sur sexe, âge et profession après stratification par région et catégorie d’agglomération)