Vous êtes ici :

L’industrialisation du territoire lyonno-stéphanois et le développement des arts appliqués aux XVIIIe et XIXe siècles

< Retour au sommaire du dossier

Image de rouages

Étude

La révolution industrielle est à l’origine de la définition du territoire de Lyon et de Saint-Étienne telle que nous les connaissons aujourd’hui. Cette transformation du terroir débute à la fin du XVIIIe et n’a cessé depuis de se développer. Transports, industrie lourde, morphologie urbaine : c’est tout le paysage local qui a été métamorphosé.

Dans ce mouvement général de décollage industriel, le territoire lyonno-stéphanois se distingue par la collaboration étroite qu’il initie entre les activités manufacturières et la création artistique depuis le XIXe. Avec une production textile –soie, ruban– et des objets manufacturés –armes, cycles–, ce territoire a acquis un savoir-faire qui a permis sa croissance économique. Seul bémol : le territoire n’a pas capitalisé les bénéfices symboliques de cette association entre l’art et l’industrie. Cette fiche propose un retour sur les conditions d’émergence des arts appliqués pour mieux comprendre les sources de ce paradoxe.

Tag(s) :

Date : 20/01/2008

Sommaire :

 

Introduction
▪ L’industrialisation comme générateur de territoire
▪ Une industrialisation en symbiose avec les savoir-faire locaux
▪ L’industrialisation oblige les activités créatives à se redéfinir

I/ L’essor industriel
▪ Aperçu de l’essor industriel au niveau national
▪ Histoire de l’industrie au niveau local

II/ Les moyens de transport
▪ La découverte de la vitesse
▪ L’importance du chemin de fer et des transports dans la région lyonno-stéphanoise

III/ Le développement de la ville moderne
▪ La concentration urbaine comme condition de l’industrialisation
▪ L’essor des villes de Lyon et de Saint-Étienne au XIXe

IV/ Industrialisation et innovation
▪ L’industrialisation et la naissance du goût pour l’innovation
▪ Quelques inventions marquantes de l’industrialisation
▪ Novation et invention : un tropisme local fort
▪ Quand l’invention bouscule l’industrie et l’art

V/ Les institutions de formation artistique et l’industrialisation, le cas des écoles et des musées
▪ La formation au niveau national
▪ La professionnalisation des cursus de formation locaux
▪ Les musées : institutions de mise en visibilité de l’identité locale

VI/ L’industrialisation comme opérateur de scission
▪ Les arts visuels et leur environnement social
▪ La scission beaux-arts / arts appliqués
▪ Les arts appliqués à Lyon et Saint-Étienne
▪ Classer et hiérarchiser
▪ Processus de requalification esthétique

Conclusion - Quel parcours pour les villes de créativité appliquée ?
▪ Saint-Étienne, ville de « monoactivité »
▪ Lyon, une ville multisectorielle
▪ Une position d’outsider
▪ Distinguer lieu d’invention et lieu d’expression artistique
▪ Une société de créativité