Vous êtes ici :

La mise en place des dispositifs de politique de la ville en lien avec le Grand Lyon

< Retour au sommaire du dossier

Député Maire de Vénissieux en 2008

Interview de André GERIN

<< L'agglomération s'est construite sur une politique ségrégative >>.

André Gerin, 62 ans, marié et père de deux enfants, est Maire de Vénissieux depuis 1985, où il a succédé à Marcel Houël. Il est député de la 14ème circonscription du Rhône depuis 1993. Au cours de sa carrière politique, il a également été Vice-Président du Grand Lyon et élu Conseiller régional puis Conseiller général. Il est membre du Parti Communiste Français depuis 1964 et réside aux Minguettes depuis plus de 40 ans. Ouvrier fraiseur chez Berliet (RVI), devenu dessinateur industriel grâce aux cours du soir, André Gerin, homme de contact et au contact des réalités, ne manque pas une occasion pour dire haut et fort ce qu’il pense. 
André Gerin a publié, en 2007, un ouvrage avec le journaliste économique Jean-Claude Pennec, intitulé "Les Ghettos de la République" et publié aux éditions Les Quatre Chemins. Dans cet ouvrage, il raconte la vie des quartiers au quotidien, la violence, l'économie parallèle, la place prise par les fondamentalistes musulmans, les difficultés d'intégration et la misère. Il évoque également son expérience de maire et les difficultés auxquelles les maires de ces grands quartiers d’habitat social se trouvent confrontés.

Convaincu que la question de la  sécurité est une question majeure, avec l’appui de son équipe municipale, il a notamment impulsé la création d’un office public de la tranquillité. Depuis mai 2000, cette structure ouverte 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, assure la continuité du service public pour, en première urgence, l’accueil, l’aide et le soutien des victimes. 
Premier magistrat de la troisième ville du Rhône, André Gerin s’est toujours attaché à donner à sa ville une place dans l’agglomération lyonnaise, en exigeant des dessertes efficaces des transports en commun, en créant de nouvelles zones d’activités et en dotant Vénissieux d’un vrai centre-ville. Soucieux de réparer le traumatisme subi par les Minguettes, lors des étés 1981 et 1982, il a soutenu la réhabilitation de la ZUP et la réalisation des équipements liés, lançant même un concours international d’économie urbaine pour revitaliser le quartier Démocratie. Le nécessaire développement urbain de Vénissieux, et des Minguettes en particulier, va l’amener à collaborer, dans la durée, avec la Communauté Urbaine.

Dans cette interview, nous revenons avec lui sur le contexte des Minguettes à la fin des années 70 et au début des années 1980, la marche de l’égalité organisée grâce à une mobilisation forte d’acteurs locaux associatifs ou habitants, la mise en place des dispositifs de politique de la ville en lien avec le Grand Lyon et sur sa vision d’avenir de ces quartiers et plus globalement de notre agglomération. 

Réalisée par :

Tag(s) :

Date : 28/08/2008

Interview réalisée à l'occasion de la commémoration des 40 ans de la Communauté urbaine de Lyon : 40 ans du Grand Lyon, un récit à partager. Après avoir été créée comme une communauté  de moyens il y a 40 ans de cela, sous l’impulsion de l’État, le Grand Lyon constitue une communauté de projets autonome, reconnue pour son efficacité dans la gestion d’un territoire qui regroupe 57 communes et plus de 1,3 millions d'habitants. Cette collectivité reste en devenir et l’enjeu est désormais de constituer une véritable communauté de destin, inscrite dans le grand bassin de vie de l'agglomération qui regroupe plus de 2 millions d'habitants. La Direction Prospective et Stratégie d’Agglomération du Grand Lyon a engagé un travail de fond visant à écrire une première histoire de l’institution. Cette interview constitue l’un des éléments de cette histoire, mémoire encore vivante de l’agglomération.