Quelles compétences anticiper dans l'industrie ?

< Retour au sommaire du dossier

Couverture du document Quelles compétences anticiper dans l'industrie ?

Étude

À partir d’un recensement des études, ce document rend compte tout d’abord des éclairages fournis par les travaux existants. On peut ainsi distinguer des analyses portant sur des compétences répondant à un besoin assez transversal en termes de secteurs industriels (les attentes concernant les compétences des cadres ainsi que les compétences nécessaires à la transformation numérique de l’industrie - industrie du futur) et des compétences plus spécifiques à une filière industrielle, en l’occurrence, dans cette note, celle des industries de santé.

Cette étude vise également à mieux cerner comment s’exprime la question des besoins de compétences des industries lyonnaises du point de vue des acteurs lyonnais, quelles réponses ils y apportent aujourd’hui et quelles pistes de progrès ils identifient pour l’avenir.

Découvrez l'étude complète en téléchargement, et son essentiel sur cette page.

Tag(s) :

Date : 06/04/2021

L'essentiel

 

Dans un contexte de développement de l’offre d’enseignement supérieur privé sur son territoire, la Métropole de Lyon souhaite mettre en regard la question de l’offre de formation avec celle des besoins de compétences de l’économie lyonnaise, et en particulier de l’industrie.

 

Principaux enseignements

 

◉ Les études existantes permettent d’identifier des besoins de compétences relativement transversaux en termes de secteurs d’activités :
• Compétences des cadres : au-delà des fondamentaux (expertise métier, management des équipes, gestion de projets), on observe des attentes croissantes en faveur des doubles compétences (par exemple, technique et juridique) et des compétences relationnelles (reconnaître et valoriser le travail accompli, donner du sens aux missions, permettre le développement du potentiel de chacun, instaurer une dynamique participative, etc.).
• La transformation numérique de l’industrie soulève une série de besoins de compétences qui peuvent potentiellement s’appliquer à n’importe quel secteur industriel.

◉ Comment les acteurs de terrain perçoivent-ils et se saisissent-ils de l’enjeu des compétences ?
• Des besoins de compétences qui s’expriment avant tout à court terme, mais reflétant les multiples mutations que rencontrent les filières (montée en compétences de métiers existants, demande croissante de profils « double compétence », intégration de compétences issues d’autres filières).
• Des disparités entre entreprises en matière d’anticipation et de gestion des compétences : grandes entreprises vs PME, industrie automobile vs industries de santé ; la détection des « potentiels » pour contourner l’enjeu d’anticipation des besoins de compétences.
• Les pôles de compétitivité apparaissent comme un cadre pertinent pour favoriser les dynamiques collectives autour des compétences sur le territoire : animateur d’intelligence collective autour de la fonction RH ; remontée des besoins de compétences des entreprises membres ; interface et intermédiation entre les acteurs économiques et les acteurs de la formation ; représentant/partie prenante de la filière lyonnaise au sein de dispositifs collectifs plus larges. Mais cette implication des pôles de compétitivité en matière de compétences peut se trouver contestée par les branches professionnelles.
• L’offre de formation existante sur la métropole lyonnaise apparaît globalement satisfaisante, même si des marges de progrès demeurent :

◉ Au-delà des pôles de compétitivité, les acteurs économiques sont peu impliqués dans les instances de concertation autour de l’offre de formation ;

◉ Le panorama des formations lyonnaises pertinentes pour chaque filière reste à consolider, mais les acteurs de la formation peinent à jouer collectif, notamment entre écoles publiques et privées ;

◉ Les étudiants semblent mal informés des besoins réels des entreprises.

 

Enjeux pour la Métropole

 

Les analyses qui précèdent soulèvent un certain nombre d’enjeux de nature à interpeller l’action de la Métropole de Lyon au titre de ses politiques de développement économique et de soutien à l’Université.

◉ Vers une prise de position plus forte autour du lien compétence-innovation-compétitivité ? Dès lors que les compétences constituent une dimension centrale de l’avantage compétitif des entreprises, la Métropole doit-elle davantage appuyer la capacité du territoire et de ses acteurs à anticiper les besoins de compétences et à y répondre rapidement et efficacement ?

◉ Conforter le volet accompagnement RH des pôles de compétitivité et… des développeurs économiques :
• Assurer la « montée en compétences » de leurs dirigeants sur la gestion des compétences ?
• Proposer une ingénierie spécifique pour accompagner la création et le développement d’écoles de formation et de campus internes aux entreprises ?

◉ Permettre aux pôles de compétitivité de prendre et garder un temps d’avance dans la compréhension des besoins de compétences des filières ?  L'enjeu pourrait être une réactualisation fréquente des études d’analyse des besoins de compétences.

◉ Consolider la capacité de réponse de l’offre de formation lyonnaise en encourageant le décloisonnement des acteurs ? Cela pourrait passer par le fait de favoriser une coopération accrue autour des besoins de compétences émergents et valoriser l’ensemble de l’offre de formation du territoire, au-delà de la seule offre publique.

◉ Engager une communication plus massive, constante et contextualisée pour valoriser les formations et métiers dédiés aux filières industrielles lyonnaises ?

◉ Inscrire les compétences dans la stratégie de marketing territorial et de prospection économique ?

 

Méthodologie

 

L’élaboration de cette note de veille a donné lieu à un travail de recensement des études sur les besoins de compétences de l’industrie disponibles sur le site internet des organismes conduisant ce type de travaux au niveau national et en région (organismes présentés dans la première note de veille) ainsi qu’à plusieurs entretiens auprès des principaux pôles de compétitivité lyonnais – LYONBIOPÔLE (industries de santé) ; CARA (European Cluster for Mobility Solutions) ; AXELERA (chimie-environnement) – et de FRANCE STRATÉGIE.