Vous êtes ici :

Économie circulaire : au-delà du recyclage, comment transformer l’économie ?

Dossier

L’essor du concept d’économie circulaire fait écho à une réalité : on ne crée pas de richesses économiques sans consommation de ressources naturelles. Celle-ci a suivi une trajectoire exponentielle à partir de l’ère industrielle. Ainsi, en 2017, l’extraction mondiale annuelle de ressources a atteint 92 milliards de tonnes contre… 7 milliards en 1900.

Cette croissance vertigineuse a été rendue possible par la disponibilité des énergies fossiles qui ont décuplé notre capacité à exploiter les ressources de la planète. Cette évolution est à la fois quantitative et qualitative : les ressources non renouvelables (minéraux de construction, combustibles fossiles et dérivés, minerais métalliques, etc.) représentent aujourd’hui les ¾ de l’extraction mondiale, alors que les ressources dites renouvelables (biomasse) dominaient jusqu’aux années 1960.

Or la biomasse est surexploitée, alors que l’extraction des ressources non renouvelables devient plus difficile au fur et à mesure qu’elles s’épuisent : on utilise par exemple davantage de machines et d’équipements métalliques pour exploiter des gisements d’énergies fossiles moins concentrés et moins accessibles, tandis que l’on a besoin de dépenser davantage d’énergies fossiles pour exploiter des gisements de métaux de moindre qualité !

La production, la transformation et l’usage des ressources se traduisent également par des rejets massifs vers l’environnement (déchets, gaz à effets de serre, polluants, etc.), lesquels entraînent un dépassement des limites écologiques planétaires, au risque de dégrader de façon irréversible son habitabilité future. Ayant une responsabilité historique majeure dans ces évolutions, les pays occidentaux sont les premiers concernés par l’enjeu de soutenabilité de l’économie.

Face à ce défi, l’économie circulaire propose de transformer les rejets en ressources. Cependant, elle souffre encore de plusieurs écueils. Son approche dominante entretient l’idée que l’optimisation du recyclage des matières arrivant en fin d’usage suffirait à éradiquer les déchets et à réduire drastiquement les ressources prélevées dans l’environnement. Ce qui semble illusoire au regard des performances limitées du recyclage et de la croissance continue de la consommation de ressources.

Pour faire de l’économie circulaire une véritable voie vers la soutenabilité, des approches plus ambitieuses sont donc nécessaires, comme l’expliquent les articles de ce dossier.
Lire la suite