Vous êtes ici :

La politique d’éducation prioritaire : bilans et perspectives

< Retour au sommaire du dossier

Image représentant une pile de livres

Étude

En 1981, la création des zones d’éducation prioritaire crée une rupture importante dans l’action de l’Etat en introduisant le principe de « discrimination positive ». Puisque certains territoires concentrent des populations fragiles qui, globalement, réussissent plus difficilement leur parcours scolaire que d’autres, l’Etat territorialise son action en donnant des moyens supplémentaires à ces secteurs les plus en difficulté.

Plus de vingt-cinq ans après la mise en place des zones d’éducation prioritaire, quels sont les effets produits par cette politique d’éducation prioritaire ? A-t-elle permis de répondre aux objectifs qu’elle poursuivait ? Quelles sont les marges de progression possibles ? L’objet de cette synthèse est de pouvoir répondre à ces questions, en s’appuyant sur deux rapports fondateurs qui portent des points de vue différents sur la politique d' éducation prioritaire.

Tag(s) :

Date : 01/09/2007

Sommaire : 

 

I/  « Les déterminants de la réussite éducative en ZEP » : Le rapport de Catherine Moisan et Jacky Simon, Inspection Générale de l’Éducation nationale (IGEN), 1997

II/  « Zones d’Éducation Prioritaire : Quels moyens pour quels résultats ? Une évaluation sur la période 1982 – 1992 » : Le rapport de Roland Bénabou, Francis Kramarz et Corinne Prost, INSEE, 2003

III/  En conclusion : Le recentrage nécessaire des moyens sur les zones les plus fragiles et l’approfondissement de la logique de réseau

IV/  Aujourd’hui : Le plan de relance de l’Éducation prioritaire