La démocratie chahutée

< Retour au sommaire du dossier

Illustration représentant la balance de la justice parfaitement équilibrée

Étude

Crise de la démocratie largement évoquée à travers de nombreux ouvrages et par les politiques eux-mêmes, augmentation de l’abstention et des votes de contestation, alternance politique systématique vécue depuis 20 ans, revendication à plus de démocratie à travers une multitude de mobilisations citoyennes, sont autant de signes qui révèlent une fracture réelle entre les citoyens et les hommes politiques.

Dans le contexte que nous connaissons aujourd’hui, celui d’un désenchantement, voire d’une défiance, des citoyens à l’égard du politique (et réciproquement ?), d’une rupture tangible entre une réalité difficile à vivre par les individus, et des utopies dispersées, on peut s’interroger sur l’état de notre démocratie et se demander si la souveraineté appartient réellement au peuple. Cependant, il faut aussi se garder d’illusions rétrospectives, malgré un discours nostalgique très en mode. Il n’y a jamais eu d’époque de plénitude de la démocratie. La démocratie n’est pas naturelle, elle ne va pas de soi. Par définition, elle est toujours menacée, elle reste un idéal difficile à atteindre.

Tag(s) :

Date : 01/03/2007

Sommaire : 

 

Introduction

I. Crise de la démocratie : les signes
● Une société sans vision d’avenir
● Des citoyens désenchantés, des hommes politiques discrédités
● Une défiance qui se traduit dans les urnes

II. De profondes mutations
● L’individualisme triomphant modifie nos manières d’être, d’agir, de penser et de vivre ensemble
● Les idéologies sont tombées et le pouvoir économique et financier s’est imposé en maître
● L’échelon national bousculé par les échelons européen et local

III. L’intérêt pour la chose publique reste vivace
● Un impératif : renouer avec la notion de projet
● De nouvelles dynamiques dessinent un sens nouveau de la politique
● Le local : un échelon plus réactif où s’expérimente la démocratie participative

Conclusion : une « contre-démocratie » structurante ?