Vous êtes ici :

Big Data et sciences sociales

< Retour au sommaire du dossier

Illustration de la couverture de l'étude "Big Data et sciences sociales"

Étude

Révolution, illusion ou extension ?

L’émergence du big data interroge les méthodes des sciences sociales. La disponibilité de données massives, diverses et actualisées en temps réel, ainsi que le développement de capacités de stockage, de calcul et d’analyse, fournissent de nouvelles manières de représenter et de questionner le monde social.

Pour les sciences sociales, le big data est-il une révolution, une illusion ou une extension de ses modes de faire ?

Tag(s) :

Date : 01/08/2016

Sommaire : 

 

1. De quoi parle-t-on ?
● Du « big data »…
● … aux « computational social sciences »

2. Révolution : mettre au jour les lois cachées du monde social et prédire l’avenir
● Une profusion de données numériques qui offre une nouvelle vision du monde
● Une révolution épistémologique : la remise en cause des catégories d’analyse a priori
● Fin de la théorie, fin des sciences sociales ?

3. Illusion : le big data ne peut pas tout
● Les données restent faillibles
● Les algorithmes ne peuvent suffire à donner du sens aux données

4. Extension : les « traces » numériques comme nouvelle fenêtre sur le monde social
● Circonscrire la pertinence scientifique des « traces numériques » : on ne peut en tirer des leçons sur la société ou sur l’opinion
● Des traces aux vibrations : suivre à la trace les « vibrations » par lesquelles se produit le changement social
● Un enjeu pour l’avenir : l’accès aux traces numériques

Ressources documentaires