Vous êtes ici :

40 ans du Grand Lyon : Le Grand Lyon qui dialogue (rapport)

< Retour au sommaire du dossier

Couverture de l'étude "40 ans du Grand Lyon : Le Grand Lyon qui dialogue (rapport)"

Étude

La Communauté urbaine a été, dès le départ en 1969, confrontée à des pratiques militantes, à des visions alternatives sur ses champs d’intervention: aménagement, déplacements, habitat, etc. Des citoyens vont se mobiliser, « mettre la pression » sur les autorités, formuler des jugements ou des revendications.

On verra que la panoplie du militant est étendue, que les formes d’action collective se transforment. Qu’il est aussi des continuités frappantes : à Lyon, la participation citoyenne a une histoire ancienne [...] « Association », ce maître mot du mouvement mutualiste au 19ème siècle à Lyon, y garde une résonance particulière… On sera aussi surpris par la capacité du monde associatif lyonnais à mener un dialogue tenace, mais policé, constructif, recherchant le compromis, avec le pouvoir local.

On ne peut mettre exergue cet esprit de conciliation lyonnais sans, en parallèle, rappeler ce que le sociologue Jean-Marc Berthet appelle les « épines conflictuelles », des moments de conflit d’autant plus occultés qu’ils ravivent des plaies mal fermées.

Sans ces expressions de la société civile, la Communauté urbaine n’aurait pu s’ajuster aux attentes sociales, être finalement ce qu’elle est aujourd’hui…

Tag(s) :

Date : 12/02/2010

Sommaire :

 

Années 60 :
Face au pouvoir du maire, des associations s'imposent

Années 70 :
Multiplication des causes, le militantisme pour « changer la vie »

Années 80 :
La crise des banlieues fait émerger une expertise associative

Années 90 :
Le retour de la conflictualité sociale

Années 2000 :
La participation citoyenne portée par l'institution