Vous êtes ici :

Carte vivante et expérience de la ville

Article

Intervention de Dominique Cardon à la journée CITIC du 19 avril 2011.

Ce travail porte sur ce que nous appelons la carte vivante, qui rejoint les préoccupations sur l’expérience de la ville. L' argument réside sur le fait que nous
assistons aujourd’hui à un glissement du plan vers la carte.
Nous constatons par exemple que de plus en plus, les voyageurs changent leur réservation au dernier moment. Autrefois, lors de la programmation d’un colloque ou d’une réunion, tout était bien organisé depuis des mois, avec des dates, des plans, des documents. Désormais, nous voyons se développer des BarCamps où les personnes viennent avec des idées pour constituer le programme au moment où ils sont réunis. Si les manifestations restent planifiées, organisées et déclarées en Préfecture, d’autres formes de manifestations apparaissent désormais dans l’espace public, dans lesquelles la coordination préalable se limite à donner un lieu et une heure fi xée au dernier moment, tels que les flashmobs. Le rapport au temps et à l’espace y est différent.
Date : 15/10/2010