Vous êtes ici :

Le numérique comme outil d'échange des informations et des connaissances à Lyon2

Interview de Alexandre BONUCCI

<< Le rôle de l'enseignant est essentiel, voire même renforcé, dans cette nouvelle relation au savoir car il donne du sens à la masse d'informations dans laquelle l'étudiant est noyé >>.

Alexandre Bonucci est le vice-président TICE (technologies de l'information et de la communication pour l'enseignement), chargé du système d'information, de l'Université Lumière Lyon 2. Il dirige également le service des nouvelles technologies de l'information pour l'enseignement et la recherche (S.E.N.T.I.E.R) de Lyon 2.

Réalisée par :

Date : 14/04/2008

Depuis la rentrée 2003, l'ENT ou « environnement numérique de travail » est proposé à l'ensemble de la communauté universitaire de Lyon 2. Pouvez-vous nous rappeler ce qui se cache sous cette appellation ? 

Tout d'abord, Lyon 2 n'a rien à cacher et au contraire, l'université est fière de pouvoir offrir à l'ensemble de ses membres cet ENT. L'ENT regroupe donc 46 services numériques proposés aux étudiants, enseignants et personnel de l'Université Lyon 2, on peut distinguer cinq familles d'outils :
•    des outils d'information (un portail étudiant, un intranet, un extranet et une WebTV pour se tenir au courant de la vie étudiante, institutionnelle, culturelle et pédagogique;
•    des outils de communication (via un bureau virtuel qui permet d'échanger, de stocker, de partager et de s'organiser seul ou à plusieurs) ;
•    des outils de formation (via des ressources permettant de découvrir, de comprendre, d'apprendre et de s'évaluer) ;
•    des outils de documentation (via un point unique d'accès aux catalogues des bibliothèques, bases de données documentaires, encyclopédies et dictionnaires) ;
•    des outils « e-administratifs » (rendant accessibles les contrats pédagogiques 1, les relevés de notes et les certificats de scolarité en un clic).
Certaines composantes de l'ENT sont accessibles sans authentification, notamment une bonne partie de l'information, d'autres nécessitent la saisie d'un login et d'un mot de passe : pour les étudiants, il s'agit du portail etu.univ-lyon2.fr et pour le personnel de l'université, intranet.univ-lyon2.fr.
Chacun peut se connecter, au moment où il le souhaite, sur un ordinateur de l'université ou sur son ordinateur personnel, quelque soit le système d'exploitation (Windows, Mac OS, Unix, Linux). Il suffit de disposer d'un ordinateur relié à internet et d'un navigateur (Internet explorer, Netscape, Safari, Mozilla, Firefox, etc.).

Quels étaient les objectifs à l'initiation du projet ?

L'ENT est un outil servant et facilitant la diffusion, le partage et l'échange des informations et des connaissances. Son but est de simplifier la vie de l'utilisateur (étudiant, enseignant ou personnel de l'université) qui, grâce à ce guichet unique offrant une grande diversité d'outils, peut trouver des réponses à certaines de ses questions. Il a été pensé et organisé avec cette philosophie, en se plaçant du côté de l'utilisateur. L'ENT regroupe actuellement 46 services numériques. En pratique, l'étudiant peut, à partir d'un même site, consulter ses mails, suivre l'actualité de l'université, obtenir des infos sur les associations, consulter les annonces de jobs ou de stages, demander un certificat de scolarité, lire un article de l'Encyclopaedia Universalis, visionner un cours ou une conférence, créer un espace de travail collaboratif où il partage un agenda, des documents, etc. En outre, l'ENT constitue un excellent entraînement des différents services qu'offrent les TIC. Quelque soit le métier que les étudiants de Lyon 2 exerceront, la maîtrise des outils informatiques et d'internet leur sera indispensable.

Il est donc préférable que les étudiants de Lyon 2 disposent d'un ordinateur personnel...

Pas nécessairement, des ordinateurs sont en libre-accès sur le campus de 9h à 19h. Mais la majorité de nos étudiants sont équipés. Notre dernière étude, réalisée sur 3781 étudiants de 1ère année en 2007-2008, montre que 91% d'entre eux ont accès à un ordinateur au moins une fois par jour (60% ont un ordinateur personnel et 31% ont accès à l'ordinateur familial). Depuis la mise en place de l'ENT en 2003, nous avons constaté une progression très nette du taux d'équipement des étudiants et de la connectivité haut débit. Plus récemment, nous avons observé que la proportion d'ordinateurs portables augmentait parmi les étudiants disposant d'un ordinateur personnel. Cela est révélateur de la manière de vivre des étudiants, de plus en plus mobiles : ils travaillent à leur domicile, mais aussi à la bibliothèque, chez l'un d'entre eux, au café, dans n'importe quelle zone wi-fi... L'ENT est tout à fait compatible avec ce nomadisme. D'ailleurs, 70% des connexions viennent de l'extérieur, seulement 30% des connexions sont réalisées sur le campus.

Si l'équipement n'est pas un facteur limitant, les compétences peuvent l'être : tous les étudiants n'arrivent pas en 1ère année avec la même maîtrise de l'informatique et d'internet...

En effet, et environ 4% des étudiants de 1ère année n'ont même jamais touché un ordinateur. Nous avons mis en place un stage obligatoire en début de 1ère année permettant à la fois la découverte du système universitaire et la prise en main de l'ENT. Chaque année, environ 4700 étudiants suivent ce stage appelé « Prologue » et assuré par des enseignants. D'après une enquête réalisée auprès de 1328 étudiants ayant suivi le Prologue à la rentrée 2007-2008, 67% en sont « plutôt satisfaits », 4% « très satisfaits » et 68% l'estiment utile. Le Prologue permet aussi aux étudiants d'appréhender le niveau 1 du certificat national informatique et internet C2i. Ils pourront ainsi apporter la preuve de leur maîtrise de l'informatique et d'internet à des professionnels, à l'image du Toeic et du Toefl qui sont des indices du niveau d'anglais. Lyon 2 propose également la certification de compétences « informatique et internet » aux entreprises et aux particuliers.

Des opérations de sensibilisation à un usage raisonné d'internet (conserver son esprit critique, ne pas négliger les autres sources d'information, éviter le plagiat...) ont-elles été menées en parallèle du développement de l'ENT ?

Oui, dès le « Prologue », nous sensibilisons les étudiants sur la notion d'auteur, le plagiat, sur les règles à respecter dans le cas de travaux de groupe, etc. Depuis 2006, l'Université de Lyon 2 dispose d'un logiciel de détection de plagiat auquel les enseignants peuvent avoir recours. Le but n'est pas de faire un « flicage » des étudiants, mais plutôt de les former au maniement des sources documentaires servant à l'élaboration d'un travail universitaire.

L'ENT a t'il été bien adopté par les étudiants, les enseignants et le personnel administratif ?

Nous constatons en moyenne plus de 20 connexions par semaine et par personne. Le « bureau virtuel » suscite en une semaine autant de connexions que l'ensemble des 13 établissements de l'Université de Lyon en un mois.
Les étudiants adoptent très naturellement l'ENT car l'informatique et internet font partie de leur culture. Pour le personnel administratif et les enseignants, on retrouve un peu toutes les postures possibles face à un nouvel outil. Certains sont sceptiques, d'autres craignent qu'un aspect de leur métier ne leur échappe, d'autres encore l'utilisent avec intérêt... Changer les pratiques et les mentalités prend toujours du temps.

Après quatre ans de fonctionnement, pouvons-nous dresser un 1er bilan ? On comprend facilement l'intérêt de l'ENT en termes d'information, de communication et pour régler les questions administratives... Mais quels sont les apports pédagogiques de l'ENT ?

L'ENT ne se substitue pas à la présence en cours et ne « mâche » pas le travail de l'étudiant. Les amphis ne sont pas désertés, même si certains cours sont désormais disponibles en podcast 2 dès le lendemain. Ce qui change réellement, c'est l'accessibilité, donc une plus grande individualisation de l'enseignement. La conjonction des trois modalités d'apprentissage du savoir -présence, papier et numérique- a du sens car il permet à chacun d'emprunter le chemin qu'il lui convient et à son rythme, à la condition bien sûr d'investissement et de travail. Concrètement, les 4700 étudiants de 1ère année, certes tous bacheliers, constituent une population extrêmement hétérogène en termes de connaissances, de compréhension des concepts, d'adaptabilité... Un enseignement de masse, identique pour tous, ne permet pas réellement l'égalité des chances. Offrir la possibilité de revisionner le cours que l'on n'a pas compris est une chance supplémentaire de dépasser ses difficultés et d'avancer.  L'ENT permet aussi aux étudiants les plus curieux d'aller plus loin, via par exemple les cours complémentaires en langues, les tests d'évaluation, les conférences en ligne... Enfin, l'étudiant ne voit plus en l'enseignant son unique source de connaissances. La relation triangulaire enseignant-savoir-étudiant existe toujours, mais elle évolue dans une nouvelle relation à l'espace et au temps. L'immédiateté de l'internet rend les contenus plus proches des étudiants et facilite l'accès aux savoirs. Néanmoins, l'accès n'impliquant pas l'assimilation de ces savoirs, le rôle de l'enseignant change, est accru et permet de laisser place à une pédagogie plus participative.

L'enseignement doit donc évoluer avec ce nouveau rapport au(x) savoir(s) ?

En effet, on ne peut plus enseigner aujourd'hui comme on le faisait en 1970. Quel métier n'a pas évolué avec les demandes sociétales, les techniques ou encore les besoins économiques ? Comme un architecte prend en compte les préoccupations environnementales, les nouveaux matériaux sur le marché, l'évolution des logiciels permettant la conception des plans, etc., l'enseignant est lui-aussi amené à évoluer. Certains le font très facilement, d'autres avec plus de difficultés ou de réticences.  Nous nous efforçons de faire en sorte qu'il n'y ait pas d'obstacles techniques : tout doit être très simple d'utilisation. L'ENT n'est pas la finalité, il s'agit juste d'un outil qui apporte de la valeur ajoutée aux deux missions de l'université : l'enseignement et à la recherche. L'ENT se veut aussi un support de diffusion et de valorisation de la culture scientifique. Aujourd'hui, la culture de la rareté n'est plus d'actualité, internet a fait émerger la culture de l'omniprésence : ce qui a de la valeur n'est plus ce qui est rare mais ce qui est connu. Sous l'angle de la recherche, nombre de conférences, colloques, séminaires, symposiums, etc. se déroulent pour un public restreint de personnes présentes. Le podcast rend possible la diffusion différée de ces événements au plus grand nombre.

L'intrusion des nouvelles technologies dans la traditionnelle relation triangulaire « enseignant-savoir-étudiant » oblige l'enseignant à se remettre en question, à s'interroger sur sa pratique d'enseignement...

En quelque sorte... un enseignant-chercheur n'est évalué que par ses publications donc uniquement sur sa mission de recherche. Il est dommage que le poids et la pertinence de la mission d'enseignement ne soient pas davantage valorisés. Le rôle de l'enseignant est essentiel, voire même renforcé, dans cette nouvelle relation car il donne du sens à la masse d'informations dans laquelle l'étudiant est noyé. Le rapport au savoir a changé, les modes d'acquisition également : l'enseignement est davantage participatif et l'enseignant joue davantage le rôle de médiateur. Quant à l'étudiant, il doit se montrer acteur et autonome dans son apprentissage, comme il le sera tout au long de sa vie professionnelle où il changera certainement plusieurs fois d'emplois et/ou d'employeurs. Il me paraît impossible d'ignorer ces changements : ne pas les intégrer dans l'enseignement conduirait à son échec. Accepter ces évolutions sociétales ne signifie pas pour autant dénaturer le système universitaire et ses valeurs, bien au contraire, il s'agit de développer les missions de l'université -enseignement et recherche- en tirant partie des nouveaux services qu'offre internet.

Quels sont les bénéfices de l'ENT pour le personnel administratif de
l'université ?

Beaucoup utilisent le bureau virtuel et ses différentes fonctions : courriers, carnet d'adresses, calendriers, chat, bloc-notes, wiki, etc. Les formations en ligne sont aussi un plus dans le dispositif de formation continue. Enfin, les services e-administratifs offerts aux étudiants (certificats de scolarité, relevés de notes, emplois du temps...) ont permis de soulager un peu certains professionnels, qui peuvent donc se consacrer à d'autres tâches. Chacun peut mettre en ligne l'information qu'il détient sans passer par un intermédiaire, informaticien ou webmaster, en général débordé sous la charge de travail. Si les personnes sont responsables, cette organisation permet une plus grande réactivité et une information de qualité.

De nouvelles fonctionnalités sont-elles déjà prévues pour améliorer l'ENT ?
Les ressources documentaires disponibles sont en constante augmentation. Bientôt, des compléments d'apprentissage en langue seront apportés, notamment en Chinois.  Des outils d'aide et de structuration des idées ou bien encore des outils de création en ligne vont être prochainement proposés comme l'équivalent d'un tableur ou d'un traitement de texte en ligne. L'ENT se doit d'accompagner l'université en mouvement, il est donc en constante évolution. C'est ce qui différencie le fait d'être un ENT, cas de l'Université Lyon 2 où l'on constate ce volume d'usage, et le fait d'avoir un ENT, qui ne s'arrête qu'à la simple prouesse technique sans qu'on puisse en constater un usage. C'est l'usage qui crée l'outil et non l'inverse ! 

1. Il s'agit de la description de l'ensemble des semestres, unités d'enseignement et éléments pédagogiques choisis par l'étudiant et qui feront l'objet d'une évaluation pendant l'année universitaire.

2 Téléchargement de fichiers audio ou vidéo disponibles sur le site internet de l'université