Vous êtes ici :

La nature en ville comme moyen de s'adpter au réchauffement climatique

Interview de Emmanuel BOUTEFEU

© DR
Ingénieur d'études au CERTU

<< La loi relative à la solidarité et au renouvellement urbain [loi SRU du 13 décembre 2000] vise clairement à redensifier la ville, mais elle ne prend pas en compte la dimension bien-être, qualité de vie, réchauffement climatique >>.

Emmanuel Boutefeu est biologiste de formation et ingénieur d'études au département Environnement et Systèmes d'Information auprès du Certu. Il nous livre son point de vue sur l'impact du développement de la nature en ville sur le climat.

Date : 02/04/2008

De quelle manière le réchauffement climatique questionne-t-il la ville ?
C’est évident que le réchauffement questionne les formes urbaines. Le milieu urbain, tel qu’il est actuellement conçu et aménagé, n’est pas adapté aux changements climatiques, et encore moins aux fortes canicules à venir. Une étude de l’Institut national de veille sanitaire (InVS) a très clairement montré que, lors de la canicule de 2003, les agglomérations minéralisées ont été les plus vulnérables. Un constat identique a été fait lors du petit épisode caniculaire de 2005 dans les grandes villes européennes. Ainsi, par exemple, les villes de Blois, Orléans et Tours, dont les toits couverts en ardoise subissent un albédo élevé, ont été particulièrement touchées par la vague de chaleur de 2003. La densité urbaine est un facteur aggravant de mortalité pendant les pics de températures élevées. Une étude menée par la ville de Gênes (Italie) a comptabilisé les décès des personnes vivant à leur domicile, selon les caractéristiques des quartiers : habitat pavillonnaire, tissu urbain dense, très dense… La corrélation est nette entre forte densité et forte mortalité : les personnes qui ont le mieux résisté sont celles qui résident en habitat pavillonnaire, aéré, de faible hauteur, et qui disposent d’un pourcentage de verdure important à proximité. Ceci est particulièrement vrai pour les personnes âgées. De même, la rue « canyon » avec ses immeubles alignés, sensiblement de même hauteur, est bien plus chaude qu’il n’y paraît. La mesure des températures se faisant généralement à quelques mètres du sol (1,30 mètre), cela signifie que les étages élevés connaissent des températures nettement plus fortes. Le LEPTAB (Laboratoire d'Etude des Phénomènes de Transfert Appliqués au Bâtiment) à la Rochelle et l’école d’architecture de Nantes travaillent d’ailleurs sur cette question de la rue canyon et réalisent des modélisations thermiques et aérauliques du micro climat qu’elle engendre. L’idéal est d’utiliser au mieux les courants d’air pour dissiper la chaleur accumulée par les matériaux « absorbants », en jouant sur les différences de hauteurs des immeubles. Enfin, la température est également très dépendante de la présence végétale. Un square de 1.000 m2 de surface au sol permet de réduire la température alentour d’au moins un degré Celsius sur une distance cumulée de 100 mètres de profondeur. Athènes, par exemple, qui possède un grand parc central, réduit sa température intérieure de 6-7 degrés par rapport aux quartiers riverains ! L’espace vert est un excellent climatiseur naturel !

Quel impact cela a-t-il sur la réflexion autour de la place de la nature en ville ?
Le rôle et l’intérêt de la nature en ville n’ont cessé d’évoluer selon l’angle de regard qu’on leur porte. Dévolue à l’embellissement dans les années 30, la nature est mise en scène au moyen de parcs et de jardins. Dans les années 60, elle est pensée en termes de bases de loisirs. À cette époque, la dimension sociale, récréative et ludique de la nature, est très prégnante. Les années 70-80 voient le retour en force du paysage, d’un regain d’intérêt pour le cadre de vie. C’est la redécouverte du charme désuet des vieux parcs. La végétation sert à valoriser et embellir le bâti, à l’image du parc de la Ceriseraie de la Croix-Rousse, ou encore des immeubles nouvellement construits qui offrent des espaces verts intérieurs privés pour les habitants. D’ailleurs, sous la présidence de Georges Pompidou, le ministère de l’environnement et du cadre de vie rédige une circulaire, en 1973, qui souligne que « les espaces verts figurent désormais parmi les équipements structurants d’intérêt public ». Les années 90 abordent la nature sous le prisme de l’écologie et de la biodiversité qui cède la place, en 2000, au développement durable et à la gestion différenciée des espaces verts. Actuellement, c’est la préoccupation du réchauffement climatique qui émerge. Ces moments historiques et les différents argumentaires développés au fil des années confortent les rôles et les intérêts de la nature en ville. Ces justifications sont additionnelles et complémentaires les unes par rapport aux autres. La mise en avant de l’un des arguments ne doit pas faire oublier les autres dimensions qui restent aussi importantes. Pour faire face au réchauffement climatique, il faut créer plus d’espaces verts, et aborder le problème de l’étalement urbain avec un regard nouveau. Verdir la ville, c’est gagner en qualité de vie et en santé publique. Or, la présence d’espaces verts de grande taille, les coupures d’urbanisation et les trames vertes, ne favorisent pas la ville compacte, car les espaces verts limitent et freinent le développement des espaces urbanisés. Malheureusement, en plus des budgets importants que les espaces verts mobilisent, tant pour la création que l’entretien, les parcs et jardins prennent la place des espaces libres qui sont dédiés au bâti, à la voirie, aux centres commerciaux. Les espaces verts contribuent à l'étalement urbain. Ils vont à l’encontre du développement durable, véritable école de la densité urbaine, dont les préconisations sont revisitées par les urbanistes et soutenues par les pouvoirs publics. La densité est synonyme de réduction des gaz à effet de serre, de baisse des consommations énergétiques pour le chauffage urbain, de transports collectifs efficients, de mixité sociale... Sur ces critères, la ville dense est gagnante, mais au regard des critères de qualité de vie et d’ambiances, elle ne l’est plus. La loi relative à la solidarité et au renouvellement urbain [loi SRU du 13 décembre 2000] vise clairement à redensifier la ville, mais elle ne prend pas en compte la dimension bien-être, qualité de vie, réchauffement climatique. Le tissu pavillonnaire de nos banlieues est décrié, parfois démoli et recyclé en quartier d’habitation plus dense. Cette tendance va trop loin à mon sens. Si on regarde Lyon et son agglomération, le quartier Montchat, le plateau de la Croix Rousse, sont des quartiers pavillonnaires, fort attractifs, qualifiés de « villages urbains ». Ne serait-il pas dommage de les urbaniser pour en faire le 6° arrondissement ?

Comment expliquez-vous que cette problématique soit si peu abordée ?
Le discours actuel est très modelant et reprend une partie des idéologies d’après-guerre. Le Corbusier était contre la cité-jardin : il estimait qu’elle conduisait à l'individualisme, à l’isolement stérile de l’individu et à la destruction de l’esprit social, qu’elle limitait le confort et finalement portait atteinte à la liberté ! Il y a un discours très moralisateur sur le périurbain « synonyme de merguez et de 4/4 »… Pourtant, des auteurs comme Yves Chalas, Laurent Davezies, Olivier Mongin, montrent que la qualité de vie y est bonne et que la ville émergente est attractive. Il est possible de faire de l’urbanisme végétal, en bande, en habitat groupé… sans prôner une densité extrême, un peu à l’image du quartier de la Croix-Rousse qui conjugue assez bien un habitat mixte. Les formes urbaines denses créent de l'exclusion sociale alors que le périurbain permet à des ménages défavorisés de pouvoir se loger à moindre coût. Les centres urbains sont de plus en plus onéreux, et de ce fait, les ménages à faible revenu, voire les classes moyennes, ne peuvent plus accéder au logement. La densité induit des coûts supérieurs de transaction et de montage des opérations immobilières par rapport au périurbain : le portage du foncier, les techniques et pratiques constructives, le dimensionnement des réseaux et des raccordements, les délais d’instruction des permis de construire sont des postes incompressibles qui renchérissent les prix de sortie d’un logement…. Au final, à surface égale, le prix de vente d’un logement en centre-ville est plus élevé qu’un logement pavillonnaire. Ces questions soulèvent nombre de paradoxes et de contradictions. Il ne faut pas avoir une approche mono-fonctionnelle d’un problème, mais au contraire aborder tous les aspects, le réchauffement climatique n’étant qu’un élément parmi d’autres, et arbitrer en fonction des enjeux de société. Actuellement la réflexion porte essentiellement sur la densité en négligeant tous les autres aspects de la problématique, alors que devant nous, ce sont notamment des enjeux de santé publique qui se profilent !

Concrètement, quelles sont les pistes à privilégier dans une stratégie d’adaptation au réchauffement ?
Elles sont nombreuses. Il est très pertinent d’agir sur les matériaux qui emmagasinent la chaleur comme le bitume, le béton, le granit ; il faut absolument parer la ville de couleurs claires : Lyon doit se transformer en une ville blanche ! Le problème est qu’il faut travailler avec et sur le tissu urbain existant, car on peut difficilement recycler la ville. Il importe de trouver des solutions alternatives au « tout béton-asphalte », pourquoi ne pas ouvrir les trottoirs en limite des pieds d’immeubles pour y introduire des plates-bandes, des plantes grimpantes, voire des pergolas qui vont créer de l’ombre et favoriser les courants d’air en période de fortes chaleurs ? Il pourrait être légitime de proposer un plan de verdissement des cours d’écoles, même si le bitume est préféré pour des raisons de facilité d’entretien, de réduction des risques d’allergies, de limitation des envolées de poussières… Les habitants sont très demandeurs de verdure à proximité de leur lieu de vie. Lors de la réhabilitation des grands ensembles et de quartiers sensibles, des villes comme Vénissieux, Rillieux, Bron ou Saint-Priest ont mené un important travail de requalification de la voirie, giratoire, parking, réduction des emprises des chaussées roulantes, en arborant et en végétalisant des surfaces minéralisées. Cette politique de rattrapage s’est avérée très efficace sur les ressentis et les vécus des habitants, comme l’attestent les observateurs de quartiers à Rillieux-la-Pape. Ces communes sont exemplaires. Il est important de sensibiliser les élus, les services techniques... à ces questions, car il est possible de faire mieux sans forcément investir énormément de moyens. En plus, cela représente de belles opportunités pour le paysage ! Certaines mesures, comme le recours aux toitures-terrasses végétalisées, très efficaces pour diminuer la température et éviter le recours à la climatisation, devraient être obligatoires. Le plan climat et le plan local d’urbanisme pourraient à ce titre jouer un rôle incitateur, voire être des outils de coercition, par le biais d’une politique de bonus-malus. Il serait bon aussi de disposer de cartes thermiques de l’agglomération, notamment en période caniculaire, car pour le moment, les seuls éléments disponibles sont ceux de l’unique station météo située à l’aéroport de Bron…

Des expériences étrangères vous ont-elles particulièrement interpellé ?
Je suis très intéressé par la mise en place de forêts urbaines sur les friches industrielles et les terrains vagues, à l'exemple de ce qui se fait en Pologne notamment. Il est possible de verdir autrement : à Buenos Aires, il est fréquent de planter des arbres différemment : au lieu d’aligner les arbres de manière classique le long des trottoirs pour qu’ils soient ordonnés en rang d’oignon, les arbres sont plantés en quinconce avec des marges d’espacement irrégulières. De plus, les essences sont mélangées, les tailles et les âges sont brassées, ce qui donne un paysage urbain de toute beauté. A Londres, des impasses, ruelles, coursives ont été fermées à la circulation automobile pour créer, en lieu et place, des squares et des jardins partagés. On récupère l’espace dédié à la voiture pour en faire des espaces verts ! Il serait aussi intéressant de suivre l’exemple de la ville de Zurich qui propose aux habitants de parrainer l’espace resté vacant au pied des arbres à condition de s’en occuper et de le verdir selon ses envies, ou la ville de Lausanne qui a organisé un concours de fleurissement doté de prix pour permettre aux habitants de se réapproprier certains espaces publics jugés prioritaires. Résultat ? Un grand nombre de réalisations vertes dites « éphémères » sont devenues pérennes, sans avoir eu besoin, pour la ville, de recourir à un appel d’offres compliqué pour végétaliser l’espace public ! La ville de Lausanne a ainsi gagné des jardins de poche, des houblonnières marquant les rues à la manière d’arcs de triomphe !