Vous êtes ici :

Le niveau de la recherche lyonnaise en immuno-virologie

Interview de Jean-François MORNEX

<< Les deux grands problèmes actuellement sont le paludisme et le sida. Si l’on disposait de vaccins efficaces contre ces deux maladies, la face de l’humanité changerait brutalement >>.

Entretien avec Jean-François Mornex, directeur de l’UMR 754 (INRA-ENVL-UCBL) "Rétrovirus et Pathologie comparée" appartenant à l’IFR128 des BioSciences Lyon-Gerland, médecin hospitalo-universitaire.
Cette interview vise à identifier d'une part comment s'articulent les domaines de la recherche en immunologie, infectiologie et vaccinologie (pourquoi un lien si fort immunologie-virologie-vaccinologie ?), au décryptage des enjeux d'une recherche publique d'excellence à Lyon pour favoriser la localisation de la R&D des entreprises, des logiques de concentration des activités "bio" à Lyon-Gerland, et pour finir des grands enjeux à l'échelle planétaire de la vaccinologie.

Réalisée par :

Date : 10/02/2005

Comment s’articulent les domaines de la vaccinologie, de l’immunologie et de l’infectiologie ?
Lorsque survient une infection, la première réponse d’un organisme consiste à mettre en jeu sa réponse immunitaire pour s’en débarrasser ou en limiter les dégâts. L’immunité a pour fonction de nous défendre contre l’infection ; c’est le lien « infection-immunité ». Mais des pans entiers de l’immunologie n’ont rien à voir avec l’infection, qu’il s’agisse de mécanismes fort compliqués de fonctionnement des cellules n’ayant qu’un rapport lointain avec l’infection, ou de désordres de l’immunité. Quand vous avez une infection, soit vous vous en débarrassez spontanément par l’immunité, soit vous utilisez des médicaments qui tuent l’agent infectieux, soit votre immunité a été « initialisée » pour réagir immédiatement pour se débarrasser de l’agent infectieux : c’est le principe de la vaccination. Il consiste à induire une réponse du système immunitaire avant que l’infection ne survienne. Le vaccin, c’est l’agent infectieux, ou une partie de l’agent infectieux, modifié de façon à ce qu’il ne cause pas d’infection grave et induise une réponse immunitaire qui va protéger...

Pourquoi associe-t-on souvent vaccinologie et virologie ?
De tous les agents infectieux, c’est contre les virus que le système immunitaire le plus sophistiqué est le plus utile. Lors d’une infection par la bactérie du pneumocoque (qui donne la pneumonie), le mode de réponse est extrêmement rustique : des globules blancs (les neutrophiles) vont éliminer toutes les bactéries qu’ils rencontrent ! Si vous êtes infectés par l’hépatite B, contre laquelle on sait bien vacciner, il faudra plus de temps pour mettre en œuvre un ensemble de cellules qui vont s’organiser pour se défendre contre le virus.

Quelles sont les compétences d’un vaccinologue par rapport à celle d’un virologue ?
Le virologue a en principe la connaissance du virus : comment il est fait, comment il infecte, comment il rend malade, et la connaissance des méthodes qui vont avec. De son côté, le vaccinologue a la connaissance du « comment fait-on pour induire chez un hôte, homme ou animal, une réponse immunitaire qui va protéger ». L’immunologue comprend pour sa part les mécanismes de la protection. Pour réaliser un vaccin, il faut réunir des connaissances immunologiques, virologiques ou des autres agents infectieux. Mais le vaccinologue n’a pas besoin de toutes les connaissances du virologue et de l’immunologue. Le point qui est intéressant dans la vaccination, c’est qu’il est possible d’en faire depuis les méthodes et les concepts les plus simples jusqu’aux plus compliqués. Quand Pasteur a vacciné contre la rage, il ne savait rien du virus et de la réponse immunitaire. Il a pourtant vacciné efficacement. Inversement, nous savons tout du virus du Sida, tout de la réponse immunitaire, mais ne savons pas vacciner. La part de recette, intuitive, joue considérablement dans l’élaboration d’une partie des vaccins. En général, plus cela est simple, plus cela fonctionne. La puissance d’Aventis Pasteur et de Merial tient à leur culture dans le vaccin. Ils en font depuis tellement longtemps qu’ils connaissent tous les « trucs » pour en produire.

Quel est le niveau de la recherche lyonnaise en immuno-virologie ?
Je ne sais pas réellement ce que vaut la recherche de Merial et de Sanofi Pasteur. En revanche, dans la proclamation de l’excellence de la recherche académique en immuno-virologie à Lyon, il y a un biais : la notoriété mondiale de Lyon en immunologie, virologie et vaccinologie, c’est Mérieux, et non la recherche académique. Le niveau de cette recherche est bon, mais sa notoriété est dérivée de celle de Mérieux : si vous parlez à un Japonais des vaccins, il dit Lyon car il dit Mérieux ! Cela signifie que la notoriété académique est associée à la réputation de Mérieux.

Cela suscite une confusion entre image et réalité ?
L’histoire est finie depuis longtemps, mais la notoriété reste, c’est un avantage. bioMérieux ne réalise plus de vaccin mais du diagnostic infectieux. Je remarque aussi que dans le projet de pôle de compétitivité dans ce domaine, les cinq entreprises mises en avant sont issues de la saga Mérieux : Merial, Sanofi Pasteur, bioMérieux, Sanofi Pasteur MSD et Synbiotics, l’ancien Rhône Mérieux. Il est tout à fait admirable de la part de Charles Mérieux d’avoir réussi à installer un tel tissu industriel. Peu de lieux dans le monde peuvent présenter tant d’entreprises de cette taille.

Est-ce que cette réputation ne constitue pas un challenge : celui de monter le niveau de la recherche publique au niveau de la réputation qu’on lui prête ?
Au niveau de l’ENS, de l’université, des HCL…, la volonté est justement de renforcer la recherche publique dans ces domaines de la viro-immuno-vaccinologie en regroupant des centres, en attirant des chercheurs, en renforçant la notoriété dans les domaines cliniques. La notoriété est un facteur important dans le maintien à Lyon des industries. Alors que le Canceropôle a été imaginé pour faire venir, ce qui est très compliqué, l’instauration d’un pôle de compétitivité en infectiologie aurait le mérite de les faire rester.

Est-ce à dire que les activités bios vont se concentrer de plus en plus à Gerland dans les années à venir ?
La concentration à Gerland s’est réalisée progressivement, sans politique délibérée. A partir d’aujourd’hui, si la concentration se renforce, cela sera l’effet d’une action délibérée. Pour aborder la question de l’intérêt d’une concentration des recherches, je prendrai le cas de la virologie que je connais le mieux. Une discussion porte sur le fait de savoir s’il faut ou non regrouper les aspects de virologie. Cela est vraisemblable ; par la dispersion, nous perdons cet atout considérable qu’est la confrontation et la comparaison entre les différents virus. L’unité Inserm dirigée autrefois par J. Huppert travaillait sur plusieurs virus. Nous avons beaucoup gagné à ce que les chercheurs échangent d’un système viral à un autre. L’augmentation du nombre de virus étudiés dans un même site accroît les chances de succès, ce qu’a récemment démontré une étude réalisée sur les virus animaux au Royaume Uni : la décision d’avoir concentré la recherche au même endroit a produit des avancées importantes. Plusieurs projets sur le site de Gerland visent de grandes comparaisons en utilisant à la fois plusieurs virus et des animaux différents, y compris l’homme. Ce choix impose ensuite de mettre les moyens humains adéquats, regrouper des chercheurs ayant un haut niveau de compétence sur « leur » virus et d’autres bons connaisseurs de plusieurs virus, ajouter ensuite des immunologues et des chercheurs relevant d’autres disciplines, sur la structure des protéines, les mathématiques, etc. Cela est en train de se construire sur le site de Gerland.

Pourquoi les entreprises ont-elles intérêt à localiser leur activité de R&D en des lieux où la recherche publique est de très bonne qualité ?
Elles trouvent localement des ressources conceptuelles qui leur permettent d’avancer, par le biais notamment de la contractualisation avec les laboratoires. Dans leurs recherches, les entreprises n’ont ni l’immunologie fondamentale, ni la virologie fondamentale, mais ont besoin de ces connaissances. Quand bien même cela ne les dérange pas d’aller chercher l’information partout à travers le monde, elles préfèrent être à l’endroit le plus proche des sources maximales de la production de ces savoirs. Par ailleurs en termes de recrutement, elles préfèrent recruter des personnels bien formés sortant d’écoles locales. A mon sens, en matière de recherche, Merial ne pourrait aller nulle part ailleurs car n’y a pas de recherche dans leur domaine aux Etats-Unis, et en un seul site au Royaume Uni. Cela donne certainement à Merial une plus grande autonomie en matière de recherche qu’Aventis Pasteur dont la recherche pourrait se faire à Boston ou en d’autres centres.

Pour conclure, quels sont les grands enjeux que vous identifiez à l’échelle planétaire, en vaccinologie ?
L’humanité se trouve dans la situation suivante : nous disposons pour les infections virales des hommes et des animaux d’un nombre important de vaccins, extrêmement efficaces, sans danger en règle générale, de moins en moins coûteux, dont la principale contrainte est le maintien de la chaîne du froid durant leur diffusion. A partir de ces vaccins connus et efficaces, l’OMS s’est lancée dans une campagne qui vise à faire disparaître douze maladies infectieuses chez l’enfant. Cela représente à la fois un besoin et un marché considérable. La vaccination est aussi un bon marqueur du progrès de la médecine et de la santé dans le monde. Avec des méthodes anciennes, on arrive à faire disparaître complètement des maladies cause de mortalité, de maladie et de handicap, comme la poliomyélite. Aujourd’hui, nous sommes en situation de manque concernant une série de maladies : les deux grands problèmes actuellement sont le paludisme et le sida. Si l’on disposait de vaccins efficaces contre ces deux maladies, la face de l’humanité changerait brutalement.