Vous êtes ici :

Le Centre d’Iniatives économiques des minorités ethniques (EMEC) de Glasgow

Interview de Rizwan AHMED

<< Nos formateurs interviennent dans les langues des minorités >>.

Rizwan Ahmed  présente le Centre d’Iniatives économiques des minorités ethniques (EMEC) de Glasgow créé en  1993 après un recensement qui démontrait que le taux de chômage était plus important dans ces minorités que dans la  population de race blanche. L’objectif principal de l’EMEC  est d’aider les minorités ethniques dans le domaine de l’emploi.
Propos recueillis pour le Cahier Millénaire3, n°28 (2002) pp 37-38

Réalisée par :

Date : 10/03/2002

Pourquoi l’EMEC a-t-il été créé ?
Le Centre d ’ initiative s économiques des minorités ethniques (Ethnic Minority Entreprise Centre) fonctionne depuis 1993. Il a été créé suite au recensement de 1991, qui a montré que les minorités ethniques représentaient 3,3 % de l’ensemble de la population de Glasgow et que leur taux de chômage était plus élevé que celui de la population de race blanche. Des statistiques récentes ont établi que le taux de chômage des communautés noires et des minorités ethniques était deux fois plus élevé que celui des blancs, soit 14% contre 7%. Des travaux de recherche ont été menés pour déterminer les besoins des minorités ethniques en matière d ’ emploi , de formation et d’aide aux entrepreneurs. Ils ont identifié des besoins du côté desemployés, comme l’aide à la recherche d’emploi ou l a formation. On a remarqué la nécessité aussi de sensibiliser les employeurs à la diversité culturelle. Du côté des employeurs, ceux-ci avaient besoin de gens formés, pour assurer leur développement et leur diversification. Afin de répondre aux besoins des minorités ethniques, un dossier a été déposé auprès du Scottish Office pour la création de
l’association. Son objectif principal est d’aider les individus issus des minorités ethniques dans le domaine de l’emploi et d’améliorer leurs perspectives. Nous cherchons à développer les compétences de nos clients afin de les rendre plus compétitifs sur le marché du travail.
L’EMEC offre un soutien moral ainsi qu’une aide concrète aux demandeurs d’emploi, pour rédiger leur curriculum vitae, remplir un formulaire d’embauche ou préparer un entretien. Nous intervenons également auprès des employeurs afin de les sensibiliser aux compétences des individus issus des minorités ethniques, ainsi qu’ à l’application, auprès du personnel, du principe d’égalité des chances et aux bénéfices qui en résultent.

Quels résultats avez-vous obtenus ?
Depuis 1993, l’EMEC a établi des contacts avec 5 000 clients, et 9 000 personnes ont bénéficié d’un suivi. Nous avons aidé 3 500 clients à rédiger leur curriculum vitae ou à se préparer aux d’entretiens d’embauche ; environ 1 500 d’entre eux ont décroché un emploi rémunéré.
En matière de formation, le Centre a été en mesure de proposer plusieurs programmes dans le secteur du voyage touristique, du commerce de détail, de l’informatique, de l’enseignement de l’anglais comme deuxième langue ou langue supplémentaire, par exemple.
Le succès de ces actions repose sur le fait que l’ensemble de notre personnel est issu des minorités ethniques ; il possède à la fois une bonne intelligence et une bonne connaissance des questions religieuses et des différentes cultures. Cela nous permet d’offrir à nos usagers un service attentif. De surcroît, la plupart de nos employés parlent couramment la plupart des langues des minorités ethniques. Les f ormations que nous proposons sont spécialement adaptées aux besoins de nos clients. Pour les rendre plus accessibles, nous avons eu recours à des formateurs qui interviennent dans les langues des minorités ethniques.

Quel est le plus grand défi que pose la politique d ’intégration de la ville de Glasgow à l’EMEC ?
Le plus grand défi auquel nous sommes confrontés dans le cadre de la politique d’intégration est l’absence des ressources nécessaires pour faire face au nombre de demandeurs d’asile qui arrivent en Écosse. Dans les trois prochaines années, 19 000 d’entre eux vont être envoyés en Écosse. Le défi qui nous est lancé est de déterminer le service que nous allons leur offrir. À l’heure actuelle, aucun de nos employés ne parle les langues des demandeurs d’asile. Nous étudions en ce moment les financements possibles d’un emploi d’assistant auprès des demandeurs d’asile et des réfugiés. L’autre défi qui nous est lancé est que d'autres agences commencent, à Glasgow, à offrir les mêmes services que les nôtres. Les ressources limitées de l’EMEC constituent le problème
majeur auquel il faudra faire face. Notre principale source de financement provient de la ville de Glasgow qui l’établit sur une base annuelle. Le budget a tendance à diminuer et la planification des activités en est rendue plus difficile.