Vous êtes ici :

La politique de la ville de Glasgow en matière de lutte contre le racisme

Interview de Edelweisse THORNLEY

<< S’assurer que les services municipaux contribuent à l’égalité raciale >>.

 Edelweisse Thornley, chargée de mission à la Ville de Glasgow répond à des questions portant sur :
- la politique de la ville en matière de lutte contre le racisme
- les actions prioritaires entreprises
- les types de partenariat développé par la ville de Glasgow en matière d’intégration
Propos recueillis pour le Cahier Millénaire3, n° 28 (2002), pp 36-37.

Réalisée par :

Date : 10/11/2002

Quelle est la politique de la ville de Glasgow en matière de lutte contre le racisme ? 
La municipalité de Glasgow a l’obligation morale et juridique d’œuvrer à l’élimination et à l’éradication de cette calamité qu’est le racisme dans notre ville. Pour que la ville de Glasgow prospère, il est essentiel que tous les citoyens aient le sentiment qu’ils ont chacun leur mot à dire et qu’ils sont tous considérés sur un pied d’égalité. Le programme municipal pour l’amélioration de la qualité des services, l’intégration et la cohésion sociales ainsi que la participation des citoyens, présuppose l’élimination du racisme chaque fois et partout où il se manifeste, que ce soit par la violence ou bien sous la forme de discriminations raciales et de harcèlement. Cette déclaration de principe engage la mairie à prendre des mesures fermes pour éliminer le racisme présent au sein de son organisation et, d’une manière générale, de la ville de Glasgow. Cela passe par exemple par : le développement de mesures proactives et efficaces de lutte contre le racisme dans tous nos services ; une participation accrue de toutes les populations à l’élaboration des politiques de la ville ; l’offre de services ; l’établissement de dispositifs consultatifs réels qui permettent aux voix de tous les exclus, des Noirs et des minorités ethniques d’être entendues, et en particulier à leurs jeunesses ; la fourniture d’un service de vigilance pour les Noirs et les minorités ethniques ; enfin, la publication des résultats obtenus dans un rapport annuel. Nous avons dû admettre qu’il était nécessaire d’établir une stratégie à long terme, qui tienne compte du caractère profond et complexe du racisme.

Quelles sont les actions prioritaires de la municipalité de Glasgow ?
En 1998, l’objectif de la municipalité de Glasgow est passé du multiculturalisme à la lutte contre le racisme. A cette époque, il existait une inquiétude grandissante à l’égard du racisme et du harcèlement racial à Glasgow, et suite à des concertations avec les militants des communautés noires et des minorités ethniques, l a municipalité a créé une force d’intervention temporaire chargée de formuler des recommandations pour la lutte contre le racisme. Ce groupe a révélé la nécessité d’adopter une approche plus stratégique de la question de l’égalité, afin de s’assurer que les principaux services municipaux contribuent à l’égalité raciale. Voici quelques grands axes de cette approche stratégique institutionnelle : une politique claire de lutte contre le racisme ; l’amélioration et la généralisation des mesures de discrimination positive pour encourager les Noirs et les
minorités ethniques à répondre aux offres d'emploi ; l’amélioration de l’accès aux services municipaux pour les citoyens de cette catégorie ; l’évaluation de l’efficacité des actions en cours pour les jeunes et avec les jeunes, dans la perspective d’améliorer les services proposés aux Noirs et aux minorités ethniques ; et l’instauration d’un système plus large et plus accessible de recensement des cas de harcèlement.

Quels types de partenariats la ville de Glasgow développe-t-elle à l’heure actuelle ?
En 1998, le Conseil municipal a soumis au Scottish Executive le projet de la création de “l’Alliance de Glasgow contre le racisme”, partenariat visant à l’intégration sociale sur des thèmes ciblés. Le Conseil de la ville finance, en partenariat avec la Commission pour l’égalité raciale, les initiatives du Conseil pour l’égalité raciale de l’Ouest de l’Ecosse. Le groupe d’experts et les groupes opérationnels de l’Agence de surveillance inter-institutionnelle des incidents à caractère racial sont des exemples de tels partenariats. La dispersion des demandeurs d’asile à Glasgow a conduit à la création de plusieurs partenariats inter-institutionnels, dont le Senior Officer Liaison Group (SOLG) qui est présidé par une haute autorité du conseil municipal. Les membres de ce groupe partagent d e s informations et font part de leurs préoccupations à leur organisation d’origine. Les organisations membres du SOLG ont créé, avec d’autres agences, un partenariat appelé ATLAS afin de monter un dossier de demande de financement de services aux réfugiés dans le cadre du programme EQUAL de l’Union Européenne. Le service de traduction et d’interprétation de Glasgow (GTIS) est présent dans tous les centres sociaux. Il est important, dans la mesure où il délivre information et conseil aux intéressés dans leur propre langue. Ce qui est essentiel pour fournir des services équitables à tous les résidents. Il est géré pour le compte d’un partenariat qui comprend la police de Strathclyde, le système de santé de l’agglomération de Glasgow, le Conseil écossais pour les réfugiés , les services d’enseignement et le projet de soutien aux demandeurs d’asile de Glasgow.