Vous êtes ici :

Le communautarisme religieux

Étude

Le terme communautarisme a pris au fil des ans une place grandissante dans le débat français, traduisant une transformation de notre société et des enjeux qui la traversent. Il traduit une inquiétude, puisque le communautarisme, notamment dans sa version religieuse, va à l’encontre d’éléments constitutifs de notre modèle politique républicain ainsi que de la cohésion nationale, et indique des ratés dans l’intégration.
Pourtant, on ne sait pas vraiment ce qu’il désigne. Ce qui frappe aussi, c’est le complet désaccord des chercheurs sur le diagnostic : pour les uns, le communautarisme est une réalité (selon les cas qualifiée de tellement minoritaire qu’elle n’est pas inquiétante, ou de phénomène préoccupant qui s’étend, notamment chez les personnes de confession musulmane). Ils pointent alors l’islam, le communautarisme musulman, et le fait notamment qu’une proportion importante de personnes de confession musulmane revendiquent la primauté des normes religieuses sur tout autre système de normes ; d’autres chercheurs dénoncent un fantasme, un mot épouvantail qui traduirait seulement le racisme, l’islamophobie, le nationalisme, ou la vision assimilationniste de la nation de ceux (issus du groupe dominant) qui l’utilisent.
Des deux côtés il y a certainement du vrai : il y a bien des groupes qui se séparent de la société, entendent faire prévaloir leurs normes, y compris en recourant à la pression, et le nier est une forme d’aveuglement ; et il y a bien aussi dans ce mot une construction intellectuelle biaisée idéologiquement, et l’utiliser conduit à des raisonnements faussés. Dans ce débat, l’inversion systématique des arguments et des liens de causalité est stupéfiante (qu’est-ce qui provoque le repli ? Qui fait pression pour imposer ses normes ? Qui est communautariste ? …). En arrière-plan, c’est le modèle républicain qui se redessine
Date : 11/07/2017

SOMMAIRE :

Décryptage
- Communautarisme, communautarisation... : usage des mots et sentiment de menace 
- Communautarisme et tensions communautaires sont cités au 6e rang des principaux handicaps que connaît la France
- Définition(s) du communautarisme 
- Un concept sous le feu des critiques

Tendances 
1. Le retour et la transformation du religieux : orthopraxie, visibilité, bricolage, recherche de nouveaux cadres 
2. Orthopraxie et visibilité des pratiques : une tendance qui semble toucher toutes les religions
3. Des normes qui libèrent ? Les jeunes musulmans s'appuieraient sur des normes strictes pour s'émanciper de tutelles (famille, hommes, culture d'origine) 
4. 28% des musulmans français auraient adopté un système de valeurs en rupture avec les valeurs de la République 
5. Quand l’idéologie s’immisce dans les sciences humaines et sociales : des chercheurs en France mal à l’aise avec la question des communautés 
6. Le communautarisme serait un phénomène extrêmement marginal
7. Le communautarisme n’existerait pas : le cas du « communautarisme musulman»
8. Le communautarisme serait au contraire une réalité : une hausse du « communautarisme juif»
9. Suivre les règles de la religion avant celles de la société : une opinion qui recueille l’assentiment d’un musulman sur deux
10. Des pressions communautaires pour faire appliquer des préceptes islamiques 
11. Un clientélisme municipal qui contribue à l’existence des communautés ethnico-nationales et ethnico-religieuses
12. Un fonctionnement en miroir entre communautés qui alimente un sentiment d’injustice à l’origine de multiples tensions
13. Les jeunes radicalisés se réfèrent à une communauté largement fantasmatique
14. L’importance du regard social et des discriminations : les effets négatifs d’une société qui ne perçoit pas comme française une partie de sa population
15. L’anti-communautarisme serait finalement un communautarisme à la française
16. Le communautarisme serait une invention du nationalisme français
17. La laïcité comme prétexte : des personnes de confession musulmane surtout soumises à la pression normative du groupe dominant
18. Un appel à ce que la conception civique de la nation ne soit pas balayée par le droit à la différence 
19. Enjeu, la refondation du modèle républicain
20. Des réflexions pour un nouveau républicanisme

Interviews
Francis Dhume, enseignant-chercheur spécialiste des questions d'intégration, de racisme et de discrimination 
Samir Amghar, sociologue, spécialiste des courants de l'islam militant, du salafisme, de l'orthodoxie en islam