Vous êtes ici :

Efficacité symbolique

Article

Résumé de la conférence de Régis Debray en mai 2006, dans le cadre du cycle "Images et signes : le trop plein ?"

Tag(s) :

Date : 11/05/2006

L’homme moderne fait lui-même « son marché » auprès d’une kyrielle de distributeurs de signes qui le tirent à hue et à dia. Les pôles d’agglutination imaginaire, qui se transmettaient jadis par l’École, les Églises, la famille… tendent en effet à s’éparpiller. Tout cela est bien connu. Régis Debray préfère aborder la question posée par le cycle « Images et signes : le trop plein ? » selon un autre biais : « que se passe-t-il quand il n’y a pas de signes ? »
R. Debray estime que l’absence d’images laisse place à un vide symbolique. Pour s’en rendre compte, il suffit par exemple de comparer un billet de dix euros et un billet d’un dollar. Les signes monétaires sont, en effet, des cartes d’identité collectives...
L’efficacité symbolique est un fait qu’on ne sait pas très bien expliquer. Les signes, les mots, les images, les effigies, les statues peuvent déplacer des foules dans les processions, les manifestations, les pèlerinages... La médiologie est la discipline qui se propose de résoudre l’énigme de l’efficacité symbolique, moyennant une étude des faits de transmission. R.Debray rappelle quelques exemples historiques de cette énigme....